Inter Press Service News Agency
17:19 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

BURUNDI
Transformer les déchets solides en charbon pour préserver les forêts
Jérôme Bigirimana

BUJUMBURA, 31 mai (IPS) - Les ménages burundais utilisent depuis peu pour leur cuisine du charbon fabriqué à partir de déchets ménagers. C’est grâce à une nouvelle technique importée du Rwanda voisin par une jeune association dénommée Association pour le développement et la lutte contre la pauvreté (ADLP).

Face à l’incapacité technique et financière des Services techniques municipaux (SETEMU) et à une insalubrité grandissante dans la ville de Bujumbura, la capitale burundaise, les pouvoirs publics ont décidé d’ouvrir le secteur de la collecte et de la gestion des ordures ménagères aux structures privées qui veulent s’y investir.

C’est ainsi que l’ADLP est devenue la première organisation privée à s’impliquer dans la gestion des déchets urbains.

‘’La question des déchets nous préoccupe, surtout à Bujumbura. Nous avons estimé que les SETEMU seuls ne sont plus à la hauteur de cette action. C’est pourquoi nous encourageons toute initiative privée’’, confie à IPS Bernadette Hakizimana, directrice de l’Environnement au ministère de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Environnement.

Grâce à une technique dénommée ‘’valorisation’’, les déchets ménagers sont transformés en charbon. Ils sont d’abord collectés, essentiellement les épluchures et les plastiques, ensuite étalés pour le séchage, et enfin, passés dans un moulin pour sortir sous forme de briquettes compactées de couleur grise.

Les premiers morceaux de charbon ont été produits en août 2006. Aussi, les femmes qui ont essayé le nouveau charbon témoignent de sa qualité. Josée Ndayisenga, une ménagère de Bujumbura assure que le nouveau charbon est ‘’facile à allumer et ne s’éteint pas en cours de cuisson. C’est un charbon à recommander aux pauvres car il n’est pas cher’’, assure-t-elle.

‘’Très économique et bon marché par rapport au charbon de bois, le charbon issu des déchets ménagers a déjà attiré la police nationale, grand coupeur d’arbres pour ses besoins de chauffage’’, estime Benjamin Bikorimana, président de l’ADLP.

Selon des expériences réalisées par l’ADLP, un ménage de 32 personnes, qui dépensait quatre dollars par jour en charbon de bois, ne dépensera désormais que deux dollars s’il adoptait le nouveau charbon.

Aujourd’hui, l’expérience de l’ADLP a déjà permis de produire 29 tonnes de charbon.

Bien entendu, cette production est encore dérisoire pour suppléer à la consommation en bois du pays qui, selon Pierre Barampanze, directeur de l’Energie au ministère burundais de l’Energie et des Mines, représente 96,6 pour cent de la consommation énergétique du Burundi.

Barampanze révèle que pour avoir un seul petit kilogramme de charbon, il faudra brûler environ 10 kilogrammes de bois parce que les techniques de carbonisation sont encore peu perfectionnées.

Astère Bararwandika, directeur des Forêts, révèle que 2.160 hectares de forêts sont détruits chaque année à la recherche du charbon de bois. C’est dire que si le projet de l’ADLP arrive à produire suffisamment de charbon pour couvrir les besoins de tous les citoyens du Burundi, c’est au moins 2.160 hectares de forêts qui seront sauvés chaque année de la destruction.

Si l’action de l’ADLP est soutenue et devient pérenne, nul doute que la pression exercée aujourd’hui sur les forêts burundaises à la recherche du charbon de bois diminuera, estime Onésime Niyungeko, journaliste environnementaliste à Radio Burundi. ‘’Et ce serait vraiment salutaire dans ce pays qui connaît actuellement des problèmes de sécheresse due en partie à une déforestation à grande échelle’’, termine-t-il.

L’initiative de l’ADLP a évidemment un impact positif sur la santé des hommes, l’environnement et la protection des arbres. Dans le même temps, elle génère des emplois pour les plus démunis de la communauté comme les veuves, les ex-combattants, les jeunes, etc. Environ 80 personnes gagnent désormais leur vie à Bujumbura grâce à la collecte, au transport et à la transformation des déchets.

Sur le terrain, l’initiative de l’ADLP ne laisse pas indifférent. Alidi Hakizimana, un habitant de la commune de Nyakabiga, au centre de Bujumbura, estime que ‘’la salubrité s’est nettement améliorée depuis que l’organisation s’occupe des déchets’’ dans leur commune.

Selon Richard Nimubona, administrateur de la commune de Nyakabiga, où l’ADLP s’est le plus implanté, ‘’l’ADLP est venue au moment où les SETEMU connaissaient d’énormes problèmes d’intervention. Aujourd’hui, nous collaborons étroitement avec cette association et tout va bien sauf qu’ils ont encore besoin d’espace suffisant pour dégager les déchets non encore traités’’.

Les SETEMU paraissent les plus sceptiques par rapport à l’initiative de l’ADLP. Célestin Musavyi, directeur technique des SETEMU estime que les éloges faits à l’endroit de l’ADLP doivent être mesurés. Selon lui, ‘’l’ADLP n’a fait que déplacer le problème puisqu’elle collecte tous les déchets mais ne les traite pas tous. Alors, où va le reste ? Cela va constituer de nouvelles décharges non contrôlées’’.

Mais le président de l’ADLP, Bikorimana, a la réplique adéquate. ‘’Des machines qui vont nous permettre de transformer le reste des déchets en fumure organique vont bientôt nous arriver. En attendant, nous les trions et les mettons de côté. Tous les déchets seront transformés. C’est une question de moyens, sinon la technique, nous la maîtrisons’’.

Il est certain que l’ADLP éprouve encore des difficultés d’espace pour le triage et le séchage des ordures, qu’elle manque de matériels roulants et de machines adéquates, mais elle a déjà reçu un soutien de taille, venu ni plus, ni moins du Chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza. En mars 2007, il a rendu visite à l’association dont il a beaucoup entendu parler. Il a même acheté une cuisinière locale et quelques kilogrammes de charbon pour essayer le nouveau produit. (FIN/2007)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
ASIE: Des pays confrontés aux tempêtes, sans mur de mangroves
CARAÏBES: Des applications pour aider les fermiers à avoir de grandes récoltes
MONDE: Des communautés locales très affectées par la disparition des espèces
TURQUIE: Les habitants d’Istanbul découvrent la solidarité verte
PAKISTAN: Dans les zones tribales, un Prix Nobel est une 'lueur d’espoir'
More >>