Inter Press Service News Agency
17:36 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

CAMEROUN
De d'huile de palme pour rouler ou cuisiner?
Etienne Tassé et Wilfried J. Tankeu*

DOUALA , 28 oct (IPS) - Au Cameroun, les palmeraies du groupe français Bolloré s'étendent pour combler le déficit d'huile de palme, mais aussi pour produire des biocarburants. Un projet critiqué par la société civile qui y voit une menace de plus contre la sécurité alimentaire.

Dans les plantations de la Société camerounaise des palmeraies (Socapalm), à Mbambou (environ 70 km au sud-est de Douala), une pépinière de plants de palmiers à huile s'étend sur près d'un hectare. "Ces milliers de jeunes plants seront mis en terre au début de l'année 2009 sur les nouvelles terres récemment aménagées", indique Jonas Sepnop, un employé de cette ex-société d'État, rachetée en 2000 par la société belge Socfinco, liée au groupe français Bolloré.

Non loin de là, les travaux de construction d'une nouvelle usine de transformation d'huile de palme avancent. "C'est pour répondre à la pénurie d'huile", lâche simplement Cyprien Mbondié, le directeur commercial.

Le Cameroun, pourtant plus gros producteur d'huile de palme de la région (200.000 tonnes en 2007), doit en importer d'Asie à des prix de plus en plus élevés avec la hausse des cours mondiaux : environ 50.000 tonnes cette année pour combler le déficit de production dû au vieillissement des plantations et à une pluviométrie insuffisante.

Résultat : en deux ans, le prix de vente au détail a presque doublé, atteignant 600 à 800 francs CFA le litre (0,90 à 1,21 euro). L'huile de palme est utilisée dans la plupart des recettes de cuisine et par les savonneries. Mais, depuis 2005, la Socapalm l'utilise aussi pour produire du biocarburant.

À la direction générale de la Socapalm, à Douala, la capitale économique camerounaise, on se refuse à confirmer l'existence de ce projet qui absorberait une partie de la production au détriment de la consommation des ménages. Un secret de polichinelle, car, confirme sous anonymat un employé, "les travaux sur la production de biodiesel à partir de l'huile de palme sont conduits dans notre usine de Kienké, vers Kribi".

Contre les biocarburants

Jean-Marie Libert, responsable du projet biocarburant de la Socapalm, avait été clair lors d'une conférence internationale sur les biocarburants qui a réuni au Burkina Faso, en 2007, des experts techniques, des décideurs politiques, économiques et des ONG : "Nous voulons explorer les différentes pistes que peuvent offrir l'huile de palme et ses dérivés comme sources énergétiques, et y impliquer les pays africains en les amenant à jouer un rôle dans l'élaboration des produits offrant une alternative écologique et économique au gasoil".

Il avait même révélé qu'à l'instar de la Socapalm, la Safacam et la Ferme suisse, qui appartiennent au groupe Bolloré, expérimentaient, elles aussi, la production de biodiesel. Ces trois sociétés (sur cinq au Cameroun) assurent, à elles seules, environ 80 pour cent de la production nationale d'huile de palme sur 40.000 hectares.

Faire tourner des moteurs avec une huile qui pourrait utilement servir dans la cuisine suscite des réactions. "On ne peut pas comprendre qu'on parle de produire des biocarburants avec de l'huile de palme au moment où la consommation du pays est déficitaire", s'insurge Bernard Njonga, président de l'Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (ACDIC). "Nous sommes totalement contre ces biocarburants puisqu'ils concurrencent les produits alimentaires."

Un tel projet, argumente-t-il, signifie étendre les surfaces cultivées au détriment des cultures vivrières. "N'oubliez pas", prévient-il, "que les émeutes de février dernier avaient également pour origine la production des agrocarburants à l'étranger au détriment des denrées alimentaires". Les manifestations contre la vie chère avaient fait des dizaines de morts au Cameroun et paralysé le pays pendant cinq jours.

Protestations villageoises

Localement, le développement des plantations de palmier à huile suscite aussi des oppositions. À Mbambou, les riverains ont protesté, il y a quelques mois, contre l'occupation de 7.500 hectares de terres que l'État a rétrocédées à la Socapalm pour étendre ses palmeraies. Ils estiment que ces terres leur appartiennent et qu'ils ont donc le droit de les cultiver.

Mais, faute de disposer de titres fonciers en bonne et due forme, leurs revendications n'aboutissent pas. Les autorités administratives de la localité leur ont signifié qu'ils n'avaient aucun droit à faire valoir sur ces terres, mais que la société leur réservera des espaces pour les cultures vivrières.

Mêmes récriminations dans l'arrondissement de Dibombari (25 km à l'ouest de Douala), où se trouvent les plus grandes plantations de la Socapalm. "Lors des réunions avec les responsables, nous avons demandé 500 hectares pour cultiver et les chefs de Mbonjo 125 hectares. Nous n'avons rien eu jusqu'ici", se plaint Isaac Mondo, chef du village Bomono.

Ici, le palmier à huile est omniprésent depuis une quinzaine d'années et les paysans sont régulièrement traînés devant les tribunaux par la Socapalm pour occupation illégale des terres ou vol de noix de palme. Les riverains des autres sites de la société (à Mbongo, Eseka ou Kienke) sont en proie à la même insécurité foncière.

Face à ces problèmes et au développement des biocarburants, en général, l'attitude des autorités oscille. Paul Biya, le président camerounais, dans son message de fin de l'année 2007, avait déclaré ne voir "que des avantages à ce que le Cameroun étudie la possibilité de développer la production des biocarburants à partir de certaines productions agricoles résiduelles (comme les résidus de la canne à sucre, Ndlr)".

Cette onction politique a été aussitôt suivie de la venue, au Cameroun, du Français Charles Million, directeur de 'Agro Energie Développement' (AED), avec un projet de production de biodiesel à partir de la plante jatropha, mais aussi du tournesol dont l'huile est comestible.

Badel Ndanga Ndinga, le ministre camerounais de l'Industrie, lui, est allé plus loin en encourageant AED à entreprendre également des recherches sur d'autres plantes comme... l'huile de palme.

* (Etienne Tassé et Wilfried J. Tankeu sont journalistes à InfoSud, une agence de presse suisse basée à Genève. Cet article est publié en vertu d'un accord de coopération entre InfoSud et IPS). (FIN/2008)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>