Inter Press Service News Agency
12:16 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

SANTE-KENYA
Victoire pour le lobby anti-avortement
Susan Anyangu-Amu

NAIROBI, 3 fév (IPS) - La menace de la part des dirigeants chrétiens influents de mobiliser un vote contre le projet de constitution du Kenya, si elle n'empêche pas explicitement toute expansion des droits à l'avortement, semble avoir réussi.

Le projet élaboré par un Comité d’experts pour examen par la Commission parlementaire (PSC), ne contenait aucune référence spécifique à l'avortement, mais le Conseil national des églises (NCCK) et l’église catholique s’étaient insurgées contre une expression stipulant que "tout le monde a droit à la vie" tout en refusant de définir là où la vie commence et se termine.

La commission parlementaire a terminé les délibérations sur le projet, et a décidé de définir la vie comme commençant dès la conception.

Des expressions garantissant à tout le monde le droit aux soins de santé (y compris les soins de la santé de reproduction) et stipulant que nul ne peut être privé de traitements médicaux d'urgence ont été supprimées. A été ajoutée une expression interdisant l'avortement "sauf si, selon l'avis d'un médecin certifié, la vie de la mère est en danger".

Ces modifications ont soulevé un tollé, avec des associations professionnelles des médecins généralistes affirmant que cela aura des effets négatifs sur les efforts du Kenya de réduire les décès maternels.

"En tant que fournisseurs de soins de santé, nous connaissons bien à la fois l'impact humain de l'avortement dangereux et le fardeau de la santé publique que cela représente. Inclure l’interdiction de l'avortement dans la constitution et définir la vie comme commençant dès la conception ne parviendra pas à empêcher les incidences de l'avortement", explique Dr Otieno Nyunya, président du comité de la santé de reproduction de l'Ordre des médecins du Kenya.

Grace Maingi-Kimani, la directrice exécutive par intérim de la Fédération des femmes juristes du Kenya (FIDA), estime que cette démarche de la PSC est décourageante et servira à limiter l'accès aux choix pour les femmes et les jeunes filles qui sont violées et finissent par tomber enceintes.

"La PSC ne pensait pas aux centaines de femmes qui ont été violées pendant les violences post-électorales et ont été contraintes d'avoir des enfants engendrés par des hommes qui les ont violées et ont éventuellement tué leurs maris. La PSC ne pensait pas aux jeunes filles qui sont abusées par leurs enseignants et obligées d'écourter leurs études pour cause de grossesses non désirées", explique Kimani.

"Ce sont les femmes pauvres et les adolescentes qui meurent aux mains des charlatans", affirme le professeur Joseph Karanja, maître de conférence d'obstétrique et de gynécologie à l'Université de Nairobi.

Il dit que les femmes riches et bien instruites sont capables de trouver des moyens sûrs pour interrompre les grossesses. Ignorant les engagements internationaux que le Kenya a pris, garantissant le droit à la santé, condamne-t-il, la PSC a créé une plateforme qui place les plus vulnérables à un risque encore plus grand.

Pour sa part, l'église est contente de l'interdiction de l'avortement et la définition de la vie comme commençant dès la conception, et a de nouveau averti qu'elle rejettera tout ce qu’il y aura de moins.

"Nous ne devrions pas persécuter les fœtus innocents, qui n'ont pas leur mot à dire dans cette affaire. Même dans les cas de viol et d'inceste, la vie dans l'utérus de la femme est innocente", déclare le père Paulino Wondo de la Mission catholique de la sainte trinité dans le bidonville de Kariobangi, à Nairobi.

Les membres de l'Ordre des médecins du Kenya, de la FIDA, de la Société obstétrique et gynécologique du Kenya, de 'Family Health Options Kenya' (Options de la santé familiale – Kenya) et de l’Association nationale des infirmiers et infirmières du Kenya, ont écrit une note de protestation à la PSC, au Comité d’experts et au parlement, demandant que les expressions controversées soient réexaminées.

Actuellement, l'avortement est autorisé au Kenya seulement pour sauver la vie de la mère. Malgré cela, chaque année, de grands nombres de femmes sollicitent de l'aide pour interrompre des grossesses partout elles peuvent la trouver.

Dr Joachim Osur, un conseiller à IPAS, une organisation de défense des droits à la santé de production - un membre de l'Alliance pour les droits à la santé de reproduction (RHRA) - estime que les opposants aux droits à l'avortement très répandu au Kenya, ont leur tête enfouie dans le sable.

"Bien que l'interruption de grossesse soit limitée au Kenya, les avortements provoqués demeurent courants. Au Kenya, on estime que 300.000 avortements spontanés et provoqués se produisent chaque année, environ 29 avortements pour 100 naissances vivantes", indique Osur.

"Les avortements dangereux contribuent pour une marge importante de 30 pour cent à la mortalité maternelle dans ce pays. On estime que 2.000 femmes meurent chaque année d'avortements dangereux".

Dr Otieno Nyunya, président de la commission pour la santé de reproduction de l'Ordre des médecins du Kenya, indique que 60 pour cent des lits au service de gynécologie à l'Hôpital national Kenyatta, le plus grand hôpital de référence en Afrique orientale et centrale, sont occupés par des malades souffrant de complications liées à l'avortement.

Il affirme que le coût minimum de la gestion de ces cas, pour l'Etat, est d'environ quatre millions de dollars par an.

Le coût pour la vie des femmes est beaucoup plus élevé. (FIN/2010)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>