Inter Press Service News Agency
09:19 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

ENVIRONNEMENT-CONGO
Les craintes de la société civile pour le marché de carbone
Arsène Séverin

BRAZZAVILLE, 19 oct (IPS) - Le Congo-Brazzaville se prépare à vendre son carbone forestier, séquestré par ses quelque 22 millions d'hectares de forêts. Mais, des acteurs impliqués dans ce processus, notamment les organisations non gouvernementales (ONG) locales ne maîtrisent quasiment rien du système.

"Je veux comprendre cette collecte de données (pour le marché de carbone), mais je ne maîtrise toujours rien", avoue Serge Ibalaho, étudiant à la Faculté des sciences de Brazzaville, rencontré par IPS dans la forêt de la Patte d'Oie de la capitale congolaise, un site d'expérimentation de quantification de carbone, organisé le 15 octobre par le gouvernement.

Un autre étudiant de cette faculté, Rufin Nkodia, affirme à IPS : "Les formateurs admettent jusqu'à 300 pour cent de marge d'erreur dans le calcul du volume de carbone", s’interrogeant alors sur l'exactitude des données.

"Notre peur, c'est la réduction des activités dans la forêt. Déjà avec la biodiversité, nous ne pouvons plus chasser, qu'en sera-t-il de l'agriculture?", demande Jean Nganga, un pygmée responsable de l'Association pour la défense et la promotion des droits des peuples autochtones.

De son côté, Sylvie Foutou-Banga, présidente de la plate-forme des ONG congolaises pour la REDD+ (Réduction des émissions dues à la déforestation et la dégradation), déclare à IPS : "Jusque-là, les femmes paysannes ne sont pas associées, alors qu'elles sont concernées dans la réduction des activités forestières".

"Nous redoutons un marché fictif qui arrangerait les pollueurs occidentaux", affirme Roch Euloge N'zobo, de l'Observatoire congolais des droits de l'Homme (OCDH). "Nous craignons aussi que les populations forestières et autochtones soient dépossédées de leurs terres agricoles".

Les chercheurs locaux s'inquiètent aussi. "Je crains qu'une fois collectées, les données ne servent qu'à la recherche des pays du Nord... Je suis peu optimiste sur la capacité de ceux qui quantifient ce carbone", indique Mathieu Ndounga, directeur du Centre d'études sur les ressources végétales, basé à Brazzaville. "L'université devrait être au centre de ces recherches", souligne-t-il à IPS.

"Pourquoi être pessimiste? Il faut simplement du temps et beaucoup de formation. Nous y parviendrons", assure, pour sa part, Arsène Nguelelé, de l'Association pour l'environnement et la solidarité internationale, une ONG locale.

D'autres ONG explorent des pistes pour séquestrer le carbone forestier et gagner des compensations financières. "Avec le planting du Moringa, on gagnera plus, plutôt que de nous entraîner tous dans la forêt", suggère, par exemple, Marguerite Homb, présidente de l'ONG 'Training' basée à Brazzaville.

"Nous avons d'importantes pépinières de flamboyants, de jatropha curcas et de palmiers. Avec l'appui financier de la REDD+, on fera de grandes plantations dans le Pool" (sud), indique Virgile Safoula, de l’ONG locale Education pour le développement des initiatives communautaires.

La Banque mondiale a déjà accordé 3,4 millions de dollars au gouvernement congolais pour se préparer au marché de carbone, sur les 20 millions de dollars dont le Congo a besoin en cette phase préparatoire.

Mais, la banque reste préoccupée sur l’apport des ONG. "Il y a encore du travail à faire. Nous insistons beaucoup sur la participation de tous, et il faut que les ONG soient capables de représenter les intérêts des communautés de base", déclare à IPS, André Aquino, responsable REDD+ à la Banque mondiale pour les deux Congo.

"Nous travaillons depuis 2008 avec 37 pays en proposant des activités alternatives pour améliorer les conditions de vie des populations riveraines" des forêts, explique-t-il.

Même les experts qui travaillent sur les méthodes de quantification de carbone ne sont pas toujours certains de leurs hypothèses. "Il y a des méthodes qu’il faut encore tester. Nous n’avons pas encore une définition finale du terme déforestation", affirme, par exemple, Fred Stolle, de 'Wolrd Ressources Institute', basé à Londres. "Il y a des méthodes récentes, surtout dans l’imagerie, et qui coûtent très cher. Et ce n’est pas encore à la portée de tous".

"Pour l’heure, on ne sait encore rien du réel potentiel de carbone au Congo. Les statistiques existantes ne sont pas sûres, c’est pourquoi nous devrons le réévaluer, et c’est le but de la phase préparatoire", indique Christian Butten, spécialiste REDD+ de 'Wildlife Conservation Society', basée aux Etats-Unis.

Dans cette phase préparatoire, le Congo a déjà défini son Plan de préparation REDD+, et deux projets pilotes, pour commencer à quantifier le carbone, sont en cours. "Il nous faut faire de bons choix de niveau de référence afin de permettre à l'autorité politique de décider. C'est notre devoir", déclare, déterminé, Georges Claver Boundzanga, coordonnateur national de REDD+ Congo.

Au cours d’une conférence en février dernier à Brazzaville, Boundzanga affirmait au sujet du carbone forestier : "Si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pouvez pas le vendre".

Selon les experts, pour quantifier le carbone, il faut savoir le diamètre, la hauteur et la densité de l'arbre. D'après le gouvernement, le Congo compte plus de 300 espèces d'arbres, et chaque espèce a sa capacité de séquestration de carbone. "Il ne s'agira pas de mesurer chaque arbre, mais faire des échantillonnages et extrapoler ensuite", explique Grégoire Nkéoua, directeur général de l'environnement.

Le succès des politiques d'aménagement forestier est tel que le taux de déforestation annuel au Congo est passé de 32.000 hectares à la fin de 1999, à 17.000 hectares en 2010, soit 0,08 pour cent par année, selon le gouvernement.

Manassé Kanquaye, responsable REDD+ à l'OCDH, déclare à IPS que le Mécanisme de développement propre (MDP) sera appliqué le moment venu. "Ce principe de compensations financières, suite à nos efforts de réduction des émissions, est un acquis. Mais, la vente de carbone n'a pas effectivement commencé. Les partenaires sont disponibles car nombreux s'intéressent aux forêts du Bassin du Congo". (FIN/2010)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
AFGHANISTAN: Pour certains demandeurs d’asile, le voyage s’arrête là où il a débuté
SALVADOR: Le CIRDI examine les derniers arguments dans le conflit minier
ENVIRONNEMENT: Le Sommet de l’ONU sur le climat: un défilé ou une réalité?
MONDE: La déforestation illégale peut nuire à la majorité des produits de consommation
EUROPE: L’opération 'Frontex Plus' diversement appréciée par des organisations
SALVADOR: Des fermiers misent sur le développement durable
SYRIE: Les USA évitent le Conseil de sécurité sur l’invasion imminente du pays
MONDE: Les peuples indigènes veulent être présents dans l'agenda post-2015
AFRIQUE: La division des terres agricoles menace la sécurité alimentaire
GAZA: La guerre est finie mais pas la crise du logement
More >>