Inter Press Service News Agency
07:08 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

AFRIQUE DU SUD
De l’eau à partir du brouillard pour les écoles
Chester Makana

LIMPOPO PROVINCE, Afrique du Sud, 17 nov (IPS) - Cela prend un moment pour comprendre ce que le filet installé, de six mètres de haut, est supposé capturer: l’eau. La fourniture d’eau à l’école primaire de Tshiavha vient du brouillard qui s’élève sur cette partie de la montagne de la province de Limpopo en Afrique du Sud.

Le filet capteur de brouillard de l’école recueille 2.500 litres d’eau par jour, une quantité plus que suffisante à boire pour les élèves de l’école.

Le filet se compose de trois poteaux en bois de six mètres de haut, dressés à neuf mètres les uns des autres. Des câbles en acier s’étirent horizontalement entre les poteaux sur lesquels est drapée une double couche de 30 pour cent de toile d’ombrage. Une gouttière longe le bas de la toile d’ombrage pour acheminer l’eau dans un réservoir de stockage.

Avant l’installation du filet capteur de brouillard, les villageois étaient obligés de compter sur des sources d’eau insuffisantes, y compris les mares, alimentées par les sources d’eau, qui sont souvent partagées avec le bétail.

"Nous ne savions pas que nous pouvions obtenir de l’eau à partir du brouillard. C’est une expérience étonnante. Maintenant nous buvons de cette eau", a déclaré Samson Malumedzha, le directeur de l’école.

L’eau potable provenant du filet a rapidement entraîné la réduction de l’incidence des maladies d’origine hydrique pour les enfants de cette école.

"Nous avions un grave problème causé par le manque d’eau [potable]; maintenant, c’est du passé", a-t-il déclaré. Outre le filet, la communauté a aussi placé des gouttières sur le toit de l’école pour recueillir plus d’eau.

"Le projet nous a aidé ici à l’école et dans la communauté. Dans notre école, nous avons un jardin scolaire qui est irrigué par l’eau recueillie du brouillard".

Plus d’un tiers des plus de 4.200 écoles de la province de Limpopo manquent de source d’eau fiable, ce qui affecte la santé de quelque 54.000 enfants, selon l’étude réalisée par l’université de Pretoria qui a utilisé les données des systèmes d’informations géographiques pour trouver des emplacements appropriés pour recueillir l’eau de pluie à partir du brouillard. Les ingrédients nécessaires sont un brouillard régulier avec une forte teneur en eau et un vent suffisant pour souffler cet air humide à travers le filet permettant de recueillir l’eau.

L’étude a établi un certain nombre des sites potentiels, y compris Tshiavha qui est situé à une bonne altitude dans les montagnes faisant face aux vents porteurs de brouillard, à plusieurs centaines de kilomètres de l’Océan indien.

"Il n’y a pas de fourniture d’eau conventionnelle dans la région. On dépend encore de réservoirs d’eau pour fournir de l’eau à la communauté; le projet est une solution", a déclaré Liesel Dyson de l’Université de Prétoria.

Le réseau a été mis en place par des chercheurs de l’université de Dyson et ceux de l’université de l’Afrique du Sud. Elle a déclaré que l’eau recueillie du brouillard est entièrement pure et qu’elle est obtenue d’une source qui ne nécessite ni de carburant ni de pièces mobiles pouvant tomber en panne.

La communauté est en train d’être formée pour entretenir le filet et le gouvernement s’est engagé à soutenir l’initiative dans d’autres sites appropriés. Les villageois réclament déjà à grands cris de l’aide pour installer des filets additionnels pour recueillir davantage d’eau.

"C’est une très bonne initiative et nous allons la soutenir pour aider d’autres dans le pays", a déclaré la sous-ministre des affaires hydrauliques et environnementales, Rejoice Mabudafhasi.

Il y a d’autres filets capteurs de brouillard en Afrique du Sud dont un à Tshanova, non loin de Tshiavha et un autre à Lepelsfontein de l’autre côté du pays dans la province du Cap Occidental. (FIN/2010)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>