Inter Press Service News Agency
19:15 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

MALAWI
Le pays examine un accord commercial controversé de l’UE
Mabvuto Banda

BLANTYRE, 23 oct (IPS) - Le Malawi a ouvert des négociations sur l'Accord de partenariat économique (APE) avec l'Union européenne (UE), qui sont dans l'impasse depuis 2002. Le nouveau cycle de négociations pourrait voir l'administration de la présidente Joyce Banda changer le statu quo et signer l'accord de libre-échange.

"Nous avons ouvert des négociations et des consultations sur les APE. Nous ne pouvons plus ignorer la question comme le gouvernement précédent, et la présidente Banda accordera une attention à cela", a déclaré le ministre du Commerce du Malawi, John Bande.

L'UE a prolongé le délai pour les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), qui comprennent le Malawi, pour négocier les APE, de 2014 à 2016.

Le président Bingu wa Mutharika, qui est décédé après une crise cardiaque en avril de cette année, avait refusé de signer l'accord, exigeant que les routes rurales, les installations de santé et d'éducation soient prises en charge avant de signer un APE.

Mutharika, un ancien expert en commerce de l'ONU, croyait que l'APE renforcerait la position du Malawi en tant qu’exportateur de produits agricoles de faible valeur, priverait le gouvernement de l'espace politique à utiliser les droits de douane pour protéger les moyens de subsistance, et développer le secteur manufacturier.

Mais la nouvelle administration examine tous les arguments contre l’APE, en déplaçant l'accent sur ce que le pays a à gagner de l’accord.

"Nous revoyons notre position sur l’APE parce que nous voulons aussi examiner les avantages potentiels de la signature de l'APE, et le développement sera toujours au cœur de nos négociations parce que le Malawi est confronté à des contraintes du côté de l'offre qui ont eu un impact sur notre compétitivité", a indiqué Bande.

Cela, a-t-il dit, constituera la base de la décision finale.

Le Malawi négocie un APE sous le regroupement d'Afrique orientale et australe qui discute dans six domaines; les questions de développement, l'accès aux marchés, l'agriculture, le commerce des services, la pêche et les questions liées au commerce.

La présidente Banda était à Bruxelles il y a une semaine pour assister à la Journée européenne de développement. Elle devrait discuter de l'avenir de l'APE avec Karel De Gucht, le commissaire européen au commerce.

L’ambassadeur de l'UE au Malawi, Alexander Baum, a dit que la rencontre entre la présidente Banda et le commissaire De Gucht devrait être une discussion politique sur la manière d'aller de l'avant.

"Il semble que l'ancienne administration ne comprenait pas l'accord et ne voyait pas la nécessité de le signer... tous ses voisins profitent du marché européen et si le pays doit vraiment se transformer en une nation essentiellement exportatrice, alors c'est la bonne occasion", a affirmé Baum.

Le Malawi, a indiqué Baum, importe environ 0,01 pour cent des produits d'Europe, tandis que le continent achète près de 30 pour cent des produits du Malawi.

Geoff Mkandawire, président du Groupe national de travail sur la politique commerciale, estime que l'EPA serait bon pour l'industrie sucrière.

"Le Malawi est généralement un producteur à faible coût de produits agricoles, et l'accès aux marchés de l'UE créerait une base pour de nouveaux investissements dans l'industrie sucrière", a affirmé Mkandawire.

Mais la Confédération des chambres de commerce et d'industrie du Malawi (MCCCI), un groupement du secteur privé local, ne voit pas les APE dans leur forme actuelle comme profitant au Malawi.

"Les APE constituent un important agent de développement pour les pays ACP qui profitent du commerce avec l'UE. L'inconvénient est que la capacité des entreprises dans les pays ACP n'est pas assez forte pour faire face à la réalité d'ouverture des marchés", a déclaré Chancellor Kaferapanjira, le directeur général de la MCCCI.

Il a dit que les négociations devraient reconnaître les différences de capacité en matière de commerce, ainsi que l'assistance nécessaire pour permettre aux pays ACP de faire efficacement le commerce avec l'UE.

Plusieurs groupes locaux de la société civile estiment que l'EPA aurait des effets négatifs sur les échanges commerciaux du Malawi avec d'autres pays de la région et saperait les processus d'intégration régionale.

Si le Malawi signe l'accord, ce sera un autre changement majeur de politique de la part de la présidente Banda, qui a abrogé une loi répressive de son prédécesseur versatile, Mutharika, et a dévalué le kwacha par rapport au dollar depuis son arrivée au pouvoir. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
AFGHANISTAN: Pour certains demandeurs d’asile, le voyage s’arrête là où il a débuté
SALVADOR: Le CIRDI examine les derniers arguments dans le conflit minier
ENVIRONNEMENT: Le Sommet de l’ONU sur le climat: un défilé ou une réalité?
MONDE: La déforestation illégale peut nuire à la majorité des produits de consommation
EUROPE: L’opération 'Frontex Plus' diversement appréciée par des organisations
SALVADOR: Des fermiers misent sur le développement durable
SYRIE: Les USA évitent le Conseil de sécurité sur l’invasion imminente du pays
MONDE: Les peuples indigènes veulent être présents dans l'agenda post-2015
AFRIQUE: La division des terres agricoles menace la sécurité alimentaire
GAZA: La guerre est finie mais pas la crise du logement
More >>