Inter Press Service News Agency
17:15 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

SIERRA LEONE
Les femmes agissent contre leur propre intérêt aux élections
Mohamed Fofanah

FREETOWN, 8 nov (IPS) - Seules 38 femmes - sur un total de 586 candidats - participeront aux élections législatives de novembre en Sierra Leone, et l'actuel groupe de législateurs féminins peut être carrément tenu responsable de cette situation.

C’est l’avis de Barbara Bangura, la directrice de l’organisation féminine 'Grassroots Empowerment for Self Reliance' (Autonomisation à la base pour l'auto-dépendance).

Les élections du 17 novembre constitueront seulement la troisième élection dans cette nation d’Afrique de l’ouest depuis la fin de la guerre civile en 2002.

Et pendant que le pays s’apprête à voir sa première femme candidate à la vice-présidence, Kadi Sesay du parti de l'opposition, le Parti populaire de la Sierra Leone (SLPP), il n'y a pas beaucoup de femmes qui la rejoignent dans la course pour le parlement. Il n'existe aucune candidate à la présidentielle. Mais en plus du nombre déplorable de candidates pour les sièges au parlement, il n’y a que 337 femmes sur un total de 1.283 candidats aux élections des conseils locaux.

Bangura pointe un doigt accusateur sur les femmes parlementaires actuelles à qui, déclare-t-elle, devrait être imputé le refus du parlement d’adopter le Projet de loi sur l'égalité entre les sexes qui aurait permis une représentation de 30 pour cent des femmes dans le corps législatif.

Bangura, l'une des principales femmes activistes à faire pression pour la promulgation du projet de loi, a carrément rejeté la responsabilité sur le Groupe des femmes parlementaires. Les femmes du groupe devaient défendre et présenter le projet de loi et faire pression sur leurs collègues pour sa promulgation. Mais elles n'ont pas réussi en raison de ce que cette activiste appelle un manque d'intérêt de leur part.

"Nous devions les talonner, elles n'ont pas suffisamment montré un intérêt pour faire avancer le projet de loi et amener leurs partis à le soutenir. Aujourd’hui, beaucoup d'entre elles ne retourneront pas au parlement, parce qu’elles n'ont pas conservé leurs sièges. J'espère qu'elles ont tiré la leçon", a dit Bangura à IPS.

Tapant sur son ordinateur portable dans la 'Women’s Situation Room' – une salle à Freetown, la capitale du pays, dans laquelle des femmes non partisanes s’assoient, reçoivent et analysent des informations avant les élections -, Bangura a expliqué à IPS qu'il y avait une controverse parmi les femmes parlementaires au sujet de l'institution qui devrait suivre l’application du projet de loi une fois promulgué comme loi.

La présidente du Groupe des femmes parlementaires et membre du parti au pouvoir, le Congrès de tout le peuple (APC), Marie Yansaneh, a déclaré à IPS qu'il y avait en effet une confusion au sujet de l'institution qui devrait suivre l’application du projet de loi, entraînant la non finalisation du projet de loi avant la fin de la session parlementaire de cinq ans le 25 septembre.

Certains estimaient qu'il devrait exister une Commission pour l'égalité entre les sexes, tandis que d’autres appelaient à la création d'une Commission spéciale pour les femmes afin de surveiller l’application.

"Aucune de ces institutions proposées n’avait même été mise en place; nous avons donc perdu du temps. Et puis ces femmes parlementaires ont dû se rendre dans leurs différentes circonscriptions électorales pour faire campagne, il n'y avait donc pas de temps pour le projet de loi. Alors, c'était la fin de la question. A ce que nous sachions, le projet de loi se trouve toujours dans le bureau du procureur général et n'a jamais été déposé au parlement", a déclaré Bangura.

Une participation politique effective des femmes reste extrêmement faible dans ce pays de 5,9 millions d’habitants.

Avant la fin de la mandature, les femmes étaient seulement 17 sur les 124 parlementaires. Elles constituent 18,9 pour cent des femmes conseillères dans le gouvernement local – aucune comme présidente - et elles occupent moins de 10 pour cent des hautes fonctions dans le public.

Le chargé des relations publiques de la Commission des droits de l'Homme (HRCSL), Henry Sheku, a confié à IPS que la promulgation du Projet de loi sur l'égalité entre les sexes aurait influé sur le développement du pays.

"Il existe de nombreuses femmes dotées des compétences et de l'expérience requises pour occuper des postes de direction, et de la confiance pour le faire. Mais à cause d'un mauvais système, ces femmes ont été délibérément marginalisées", a-t-il indiqué.

Cependant, Navo Kai-Kai du SLPP a déclaré à IPS qu'il y avait d'autres raisons pressantes expliquant la diminution du nombre de femmes candidates aux hautes fonctions politiques à cette élection. Kai-Kai a affirmé que son adversaire masculin du SLPP, qui était également candidat au poste de président du Conseil de district de Kailahun, l'avait intimidée après avoir perdu les primaires du parti contre elle.

"Il y avait une grave intimidation; mon adversaire masculin est sorti avec ses sociétés secrètes lors des primaires de notre parti, alors j'ai dû quitter mon district à Kailahun, dans l'est du pays, escortée par la police pour le district de Kenema, pour préserver ma vie. Par conséquent, je n'ai pas pu me présenter sous la bannière du parti et j’ai perdu au profit de mon adversaire masculin", a indiqué Kai-Kai. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
BARBUDA: Pour certains, l’initiative 'Blue Halo' compromettra l’avenir des pêcheurs
JAPON: La politique 'Womenomics' peut-elle arrêter la féminisation de la pauvreté?
ENVIRONNEMENT: Des ONG opposées à l’agriculture intelligente face au climat
OPINION: Investir dans les adolescentes pour le développement de l’Afrique
ASIE: Le financement pour l’environnement oublie les communautés indigènes
AFGHANISTAN: Pour certains demandeurs d’asile, le voyage s’arrête là où il a débuté
SALVADOR: Le CIRDI examine les derniers arguments dans le conflit minier
ENVIRONNEMENT: Le Sommet de l’ONU sur le climat: un défilé ou une réalité?
MONDE: La déforestation illégale peut nuire à la majorité des produits de consommation
EUROPE: L’opération 'Frontex Plus' diversement appréciée par des organisations
More >>