Inter Press Service News Agency
01:15 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   ČESKY
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   MAGYAR
   NEDERLANDS
   POLSKI
   PORTUGUÊS
   SRPSKI
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

DEVELOPPEMENT
Construire le BRICS
John Fraser

JOHANNESBURG, 25 nov (IPS) - Le BRICS deviendra-t-il BRICSIT? Un expert des marchés émergents estime que cela arrivera, avec les pays du BRICS - Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud – envoyant des invitations à l’Indonésie et à la Turquie pour rejoindre le club, puisqu’il élargit son empreinte dans de nouvelles régions.

"J'étais à Moscou récemment et il y avait une négociation sur l’évolution du BRICS en BRICSIT, les nouveaux membres étant l'Indonésie et la Turquie", a déclaré à IPS, Martyn Davies, le directeur général de 'Frontier Advisory', un principal cabinet-conseil sur les marchés émergents, en recherches, stratégie et en capitaux, basé à Johannesburg.

"Il y a de bonnes raisons géopolitiques et géoéconomiques pour cela".

Il a expliqué pourquoi la Turquie et l'Indonésie seraient mieux placées pour être à la tête de la queue des nouveaux membres potentiels, en soulignant que l'addition de l’Indonésie à l'alliance BRICS étendrait la portée du club en Asie du sud-est, tandis que la Turquie ajouterait également une diversification géographique.

"Il n'y aurait aucun conflit régional avec les membres actuels, puisque la Russie est le seul membre actuel du BRICS qui couvre plus d'une région (Europe et Asie)", a-t-il dit.

Et il a noté que le groupe BRICS est une alliance qui ne dispose pas d'un secrétariat ou d'une infrastructure élaborée.

Cela signifie que de nouveaux membres pourraient être rapidement admis - comme l'a été l’Afrique du Sud en 2010 - par un consensus parmi les membres existants du BRICS, plutôt que par de longues négociations.

"Il n'existe aucun processus normatif; il est facile de faire cela", a confié Davies.

Ce offrirait un grand contraste, disons, avec l'admission d'un nouveau membre à l'Union européenne, où les candidats doivent s'inscrire à un tas de lois existantes, et doivent gagner l'approbation formelle du Parlement européen et des assemblées nationales.

L’analyste Chris Gilmour de 'ABSA Investments', la branche d'investissement et de richesse de l'une des banques les plus grandes d'Afrique du Sud, a déclaré à IPS que le gouvernement actuel d’Afrique du Sud a fait des relations avec d'autres pays émergents une priorité.

"Je vois le BRICS devenir un élément central de la politique étrangère de l’Afrique du Sud", a-t-il indiqué.

"L'Afrique du Sud dans l'isolement est trop petite et insignifiante pour avoir un impact au niveau mondial, mais alliée à des pays ayant des intérêts similaires, elle peut avoir un impact".

Cependant, il a prévenu qu'il y a encore des questions sur la crédibilité de l'Afrique du Sud en tant que membre du BRICS.

"Un danger que je vois, c’est la capacité de l'Afrique du Sud à rester dans le BRICS, puisqu’elle est un peu un imposteur - une économie développée avec un [taux de] chômage élevé", a soutenu Gilmour.

"Notre taux de croissance par rapport aux autres pays du BRICS est très faible, c’est totalement dérisoire. Nous avons donc du chemin à faire pour justifier notre inclusion dans ce groupe", a-t-il dit. La croissance du produit intérieur brut d'Afrique du Sud devrait être inférieure à trois pour cent pour 2012.

Davies a soutenu qu'il y a eu un "changement spectaculaire, réel ou perçu" dans la politique étrangère de l'Afrique du Sud en faveur de liens plus étroits avec les pays émergents, depuis que Jacob Zuma a succédé à son prédécesseur Thabo Mbeki en tant que président.

"Mbeki s’était très focalisé sur la politique étrangère en tant que chef d'Etat", a-t-il souligné. "Il était toujours très à l'aise à Washington DC, à Londres, Paris ou à Tokyo, mais moins dans le monde en développement".

"L’Afrique et le monde en développement étaient relativement négligés".

En revanche, Davies a observé que Zuma est "beaucoup plus à l'aise" entre collègues provenant de pays émergents et en développement.

"Cela est motivé par la relation de l'Afrique du Sud avec la Chine, qui constitue la relation bilatérale la plus importante pour l'Afrique du Sud à l'intérieur du regroupement BRICS", a-t-il expliqué.

Il a suggéré qu'il y ait une adaptation idéologique plus confortable pour cela depuis la crise économique mondiale la plus récente, qui a touché la crédibilité des marchés libres et permis tout naturellement à l'Afrique du Sud de s'aligner avec la Chine et la Russie.

"Le BRICS constitue le premier niveau des marchés émergents, et représente la nouvelle réalité mondiale", a affirmé Davies.

L'Afrique du Sud accueillera le prochain sommet du BRICS à Durban en mars 2013, et Zuma devrait profiter de l'occasion pour dissiper tous les doutes quant à la place de son pays dans ce regroupement.

Il y a peut-être aussi quelques progrès lors du sommet sur les initiatives économiques existantes qui ont été lancées par le BRICS.

Le plus élaboré de ces progrès, c’est le concept d'une banque du BRICS, qui pourrait impliquer la mise en commun des réserves en devises afin de soutenir un fonds pour les pays du BRICS eux-mêmes et pour d’autres pays en développement.

Davies a indiqué que cela pouvait agir comme un "contrepoids au Fonds monétaire international".

Le sommet devrait probablement examiner également les progrès réalisés sur la cotation croisée des indices boursiers parmi les pays du BRICS.

En outre, il y a la perspective de progrès par rapport à une initiative d’échange de devises.

Il s'agit d'une idée chinoise qui pourrait signifier que les échanges entre les membres du BRICS se feraient sans l'utilisation du dollar ou de l'euro, financés plutôt par les devises du bloc BRICS. Ou le bloc BRICSIT, au cas où l’Indonésie et la Turquie sont admises, dans un futur proche. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
Subscript out of range
 
 
 
 
Contact | Qui sommes-nous? | RSS / XML
Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2014 IPS Inter Press Service