Inter Press Service News Agency
12:48 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

CÔTE D’IVOIRE
Stigmatiser les gays entrave les efforts pour baisser le taux du VIH
Robbie Corey-Boulet

ABIDJAN , 3 déc (IPS) - Lorsque Emmanuel Kokou, un travailleur du sexe de 28 ans, a quitté son Togo natal pour à Abidjan, en Côte d'Ivoire, en 2010, il savait qu'il y avait une bonne chance qu'il ait été déjà précédemment exposé au VIH. Mais il n'avait pas l'intention de faire le test de dépistage.

"J'avais fait beaucoup de bêtises", a déclaré Kokou, dont le nom a été modifié pour protéger son identité. "Mais je n'ai jamais fait de test parce que j'avais peur".

Cela a changé seulement après qu’il a visité la Clinique de Confiance, un établissement d’un étage caché derrière une modeste porte bleue dans un quartier chic de la capitale économique de cette nation d’Afrique de l’ouest. Le test s'est révélé positif, et depuis ce temps, Kokou a appris à gérer sa santé et éviter de transmettre le VIH à d'autres personnes – notamment en insistant que ses clients portent de préservatifs.

"Si la clinique n'était pas là, je n'aurais pas eu le courage de faire cela", a-t-il dit à IPS, se référant au processus de savoir son statut sérologique et comment vivre avec. "Il y a des gens ici qui nous donnent des conseils et nous rassurent".

La Clinique de Confiance était le premier centre de santé en Côte d'Ivoire à commencer à cibler les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (HSH), commençant en 2004 avec les travailleurs du sexe et leurs partenaires avant de s'étendre à tous les HSH en 2007. Bien que deux autres cliniques offrant des services similaires aient ouvert récemment, la Clinique de Confiance reste de loin la plus établie.

Ainsi, cette clinique a joué un rôle essentiel dans les efforts de la Côte d'Ivoire de réduire le taux de prévalence du VIH chez les adultes, l'un des plus élevés en Afrique de l’ouest. Les membres du personnel estiment qu'environ 1.000 HSH ont visité le centre au cours des années - seulement une partie de la population totale (pour laquelle il n'existe aucune bonne estimation), mais un grand exploit tout de même.

Cependant, les activistes préviennent que si rien n'est fait par rapport à la forte stigmatisation à laquelle les HSH sont confrontés dans la société ivoirienne - en particulier ceux qui sont séropositifs - il sera difficile de consolider les progrès réalisés par la clinique jusque-là.

Contrairement aux pays voisins de la région, tels que le Libéria et le Nigéria, où la question de l'homosexualité a été très politisée et où les populations des lesbiennes, gays, bisexuels et des transgenres (LGBT) ont été récemment ciblées par de sévères lois anti-gay, la Côte d'Ivoire n'a pas une réputation dans la persécution des HSH. Un reportage diffusé par une radio néerlandaise en 2011 est allé jusqu'à déclarer qu’Abidjan "devenait un Eldorado pour les gays".

Pourtant, Dr Camille Anoma, coordonnateur de l'organisation non gouvernementale qui gère la Clinique de Confiance, a affirmé que la discrimination contre les HSH - à la maison, à l'école, au travail, dans les centres de santé et dans les rues - est fréquente. Il a noté qu'aucun autre centre de santé n’essayait même de servir la population des HSH avant que la Clinique de Confiance ne démarre en 2004.

"Avant cela, le centre de notre activité était les travailleuses du sexe", a expliqué Anoma à IPS. "Mais le personnel de la clinique ne cessait de voir des travailleurs du sexe qui étaient des hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes. Notre question était: 'Quelle est la situation des HSH dans ce pays?'. Et personne ne semblait savoir cela. C'est la raison pour laquelle nous avons décidé d'offrir des services pour ce groupe".

Bien que les données disponibles soient limitées, il est clair que les taux de prévalence du VIH sont beaucoup plus élevés pour les HSH que la population en général. Le Programme conjoint des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) estime que le taux national de prévalence chez les adultes était de trois pour cent en 2011. Des chiffres internes obtenus de la Clinique de Confiance montrent que ce taux était de 24,5 pour cent pour les HSH en 2009.

Claver N. Touré, directeur exécutif de 'Alternative Côte d'Ivoire', un groupe des LGBT, a déclaré que la situation serait bien pire sans la Clinique de Confiance et les deux autres centres de santé qui accueillent les HSH. "Ce serait une catastrophe", a-t-il dit à IPS. "Les HSH sont obligés d'obtenir leur traitement et leur prévention auprès de ces cliniques parce qu'ils ne vont pas dans les hôpitaux publics", où ils peuvent être traités avec dérision.

Il y a un certain nombre de facteurs qui empêchent la Clinique de Confiance d'étendre sa portée, notamment des problèmes logistiques tels que les coûts de transport. Mais Morley Bienvenu Nangone, chargé de suivi et d'évaluation pour 'Arc-En-Ciel Plus', un groupe qui lutte contre le VIH/SIDA et l'homophobie, a affirmé que les défis les plus redoutables sont d'ordre culturel.

Il a indiqué que la stigmatisation associée à l'homosexualité empêche beaucoup d'hommes de se reconnaître comme gays, faisant qu’il est beaucoup moins probable qu'ils cherchent les ressources de prévention et de traitement du VIH. "Ce qu'il faut faire pour la santé, ce n'est pas seulement de se focaliser sur la santé, parce que les problèmes de santé sont liés à des problèmes socioculturels", a souligné Nangone à IPS. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>