Inter Press Service News Agency
09:42 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

SOUDAN DU SUD
Le pays se lubrifie pour l’autosuffisance
Charlton Doki

JUBA, 6 déc (IPS) - Alors qu’il poursuit les négociations avec le Soudan sur la reprise de la production et le transit de pétrole, le gouvernement sud-soudanais affirme qu'il développe sa propre industrie et commencera à produire du carburant pour la consommation intérieure dans les huit prochains mois pour éviter de continuer à dépendre de son voisin.

Le ministre sud-soudanais du Pétrole et des Mines, Stephen Dhieu Dau, a déclaré à IPS que le pétrole devrait commencer à couler de nouveau, et que l'une des priorités du gouvernement était d’installer les infrastructures du pays afin de traiter le produit lui-même.

"Notre objectif, c’est d’assurer qu'une parie du pétrole puisse être traitée dans le pays pour répondre aux besoins nationaux et mettre fin aux fréquentes pénuries de diesel et d'essence dans notre pays", a expliqué Dau.

Le Soudan du Sud a arrêté sa production de pétrole en janvier après un différend avec le Soudan voisin sur les frais de transit du pétrole. Les deux pays ont convenu de reprendre la production du pétrole et le commerce le 27 septembre après que l'ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, a conduit les efforts de médiation de l'Union africaine pour tenter de résoudre une série de désaccords qui se sont accentués en janvier, et qui ont failli entraîner une guerre généralisée en avril.

Les ventes de pétrole ont contribué pour 98 pour cent aux recettes du Soudan du Sud. Mais bien qu’il ait emporté avec lui 75 pour cent du pétrole soudanais lorsqu’il obtenait son indépendance à l’égard du reste du pays en 2011, le Soudan du Sud dépend actuellement des raffineries et pipelines soudanais pour traiter et transporter son pétrole sur le marché international.

Le président sud-soudanais, Salva Kiir, a déclaré le 26 novembre, lors d'une réunion des gouverneurs d’Etat, que la production pétrolière n'avait pas repris dans ce mois comme il a été initialement prévu en raison des exigences de la part du Soudan que le pays désarme le Mouvement rebelle de libération du peuple soudanais-Nord (SPLM-N).

Il a ajouté que la question aurait été réglée dès qu'il avait parlé avec le président soudanais, Omar al-Béchir, le 25 novembre et qu’ils ont convenu que les autorités des deux pays allaient se rencontrer bientôt pour discuter du sujet.

Mais pour réduire la dépendance à l'égard du Soudan, Kiir a lancé le 20 novembre la construction d'une raffinerie de pétrole à Melut, une région productrice de pétrole dans l’Etat du Haut Nil au Soudan du Sud. Une deuxième raffinerie est en construction à Tharjath, une autre région productrice de pétrole située dans l'Etat d'Unity, dans le pays. Les deux raffineries devraient avoir la capacité de raffiner 10.000 barils par jour.

Dau a affirmé que les raffineries de pétrole devraient être opérationnelles d’ici à juillet 2013, le moment où le gouvernement espère commencer à produire du carburant pour la consommation intérieure.

"Ces raffineries créeront des opportunités d’emploi pour notre jeunesse, ce qui est l'une des choses que nous voulons afin que les gens profitent de nos ressources naturelles", a ajouté Dau.

Edmond Yakani de l'organisation locale non gouvernementale 'Community Empowerment for Progress Organisation' (Organisation pour l’autonomisation communautaire pour le progrès) a déclaré qu’en plus des raffineries, ce pays enclavé doit construire son propre pipeline jusqu’au port de Lamu au Kenya.

"Je ne pense pas que les relations entre les deux pays s’amélioreront et, par conséquent, le Soudan du Sud doit s'efforcer pour construire son propre pipeline", a indiqué Yakani à IPS.

Le ministre des Finances, Kosti Manibe Ngai, a dit il y a un peu plus de trois mois que les travaux sur le pipeline commenceraient en juin 2013 pour un coût estimé à trois milliards de dollars.

"Le gouvernement doit également construire des réservoirs afin que s'il y a des problèmes avec le Soudan, nous puissions toujours disposer du carburant pour que le pays continue de fonctionner", a ajouté Yakani.

Bien que disposant de quatre milliards de barils de réserves pétrolières confirmées, la plus importante réserve en Afrique de l'est, le Soudan du Sud doit toujours surmonter de redoutables problèmes de capacité.

Le directeur général par intérim au ministère de l'Energie et des Mines, Simon Chol Martin, a déclaré à IPS que le gouvernement est préoccupé par le faible nombre de Sud-Soudanais employés par les compagnies pétrolières.

Le consortium sino-malais 'Dar Petroleum' est actuellement la plus grande compagnie pétrolière au Soudan du Sud et les ressortissants chinois et malais occupent généralement les postes techniques et supérieurs dans l'industrie du pétrole dans le pays. Avant l'indépendance, les ressortissants soudanais occupaient ces postes, mais beaucoup ont quitté le pays après l'indépendance du Soudan du Sud.

Paul Adong, directeur général de la Société nationale des produits pétroliers du Soudan du Sud, 'Nile Petroleum Corporation' (NilePet), a indiqué à IPS que la priorité du gouvernement était d'assurer que les Sud-Soudanais sont recrutés dans le secteur et que le renforcement des capacités nécessaire est fait "pour s’assurer que nous augmentons le nombre de Sud-Soudanais qui peuvent prendre en charge le secteur dans le long terme".

Pour améliorer la capacité du personnel local, le gouvernement s'emploie à conclure un accord avec la compagnie pétrolière norvégienne 'Petrad' pour fournir des formations, a-t-il ajouté. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
ASIE: Des pays confrontés aux tempêtes, sans mur de mangroves
CARAÏBES: Des applications pour aider les fermiers à avoir de grandes récoltes
MONDE: Des communautés locales très affectées par la disparition des espèces
TURQUIE: Les habitants d’Istanbul découvrent la solidarité verte
PAKISTAN: Dans les zones tribales, un Prix Nobel est une 'lueur d’espoir'
More >>