Inter Press Service News Agency
19:33 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

AFRIQUE
Des efforts pour accroître la production alimentaire
William Lloyd-George

JOHANNESBURG, 6 déc (IPS) - Depuis des décennies la sécurité et l'autosuffisance alimentaires en Afrique sont considérées comme un rêve lointain. Cependant, le Programme détaillé de développement agricole en Afrique (PDDAA) espère en faire une réalité.

Et même s’il se peut qu’il ait démarré lentement, ses coordonnateurs sont convaincus qu'il produira plus de résultats positifs dans les années à venir.

Le programme est mis en œuvre à travers le Département de l'économie rurale et de l'agriculture (DERA) de l'Union africaine (UA), qui a été créé pour améliorer la sécurité alimentaire, atteindre le développement durable et renforcer les moyens de subsistance sur le continent.

Alors que près de 80 pour cent des gens en Afrique vivent dans des zones rurales et dépendent de l'agriculture pour leur alimentation et leurs revenus, une inquiétude exprimée à plusieurs reprises par des parlementaires de l'UA, est la question de la dépendance à outrance du continent de l'aide alimentaire et des importations.

Moussa Hozen Elsayed, un député égyptien, a déclaré que son pays importait 70 pour cent de ses produits alimentaires et a exprimé son inquiétude au sujet du manque de coopération régionale entre les pays africains concernant le commerce des denrées alimentaires.

"En important tant de vivres, nous réduisons vraiment la sécurité alimentaire de la région", a souligné Elsayed à IPS, expliquant qu'il espère que le PDDAA sera renforcé dans les années à venir pour résoudre le problème.

"Nous avons vraiment besoin d'assurer que les pays de la région recherchent des produits les uns auprès des autres avant d'importer en dehors du continent".

Le directeur du DERA, Dr Gabriel Abebe Haile, a déclaré à IPS que cela constituait l'un des principaux objectifs du PDDAA.

"Nous voulons améliorer la sécurité alimentaire en renforçant la coopération régionale - il n'est pas nécessaire d'importer des produits alimentaires d'Europe ou d'Amérique latine alors que votre voisin a des produits qui ont besoin d'être achetés", a-t-il indiqué.

Bien que le premier pays africain ait signé la Convention du PDDAA seulement en 2009, le programme a beaucoup évolué au cours des trois dernières années. Aujourd’hui, 30 Etats membres de l'UA ont signé les conventions qui les obligent à consacrer au moins 10 pour cent de leurs budgets à l'agriculture.

Conformément au programme, les pays élaborent des plans détaillés d'investissement qui comprennent les quatre piliers du PDDAA: la gestion durable des terres et de l'eau; meilleurs accès et intégrations des marchés, l’augmentation de l’approvisionnement alimentaire et la réduction de la faim; ainsi que la recherche, la génération et la vulgarisation des technologies.

L'une des croyances clé derrière le cadre du PDDAA est que l'intégration régionale et le commerce entre les pays permettront d'améliorer la sécurité alimentaire. En conséquence, des efforts considérables ont été faits pour améliorer les infrastructures régionales pour le commerce, et beaucoup d'autres choses sont attendues dans les années à venir.

Lors d'une réunion qui a pris fin le 21 novembre à Johannesburg, Abebe Haile avait déclaré aux parlementaires de l'UA que plus de 45 milliards de dollars ont été dépensés par an par les pays africains pour importer des vivres, ce qui draine une grande partie des devises du continent. Il a estimé que cela montre que l'Afrique n'a pas profité de son avantage comparatif, qui est la production alimentaire.

"Nous travaillons à faire en sorte que le commerce intra-africain s’intensifie réellement, et que par conséquent, l'Afrique profite de la demande croissante en augmentant la production et la productivité africaines pour y faire face", a indiqué Abebe Haile.

Certains pays ont répondu mieux que d'autres au cadre proposé du PDDAA. Le Rwanda, l'Ethiopie et le Mozambique ont été félicités pour leurs progrès et leurs efforts à atténuer la faim et l'insécurité alimentaire.

Le Mozambique, bien qu’il soit devenu un membre actif du PDDAA seulement en 2011, a commencé un système de répartition d’une partie de son budget à tous les districts pour un développement dirigé par l'agriculture.

"Il est important de souligner que le PDDAA a été lancé à Maputo, au Mozambique, en 2003, alors c'est dans l'esprit de tous les Mozambicains", a affirmé à IPS, Francisco Ussene Mucanheia, directeur de la Commission des affaires rurales et de l'agriculture de ce pays d’Afrique australe.

"Tous les piliers et toutes les visions du PDDAA sont importants pour les politiques que le gouvernement mozambicain a mises en place pour capitaliser les développements agricoles et nous commençons déjà à voir les avantages".

Il apparaît que d'autres Etats membres prennent de plus en plus au sérieux le PDDAA. Au total 23 pays ont développé des plans nationaux détaillés d'investissement sur l'agriculture et la sécurité alimentaire et 11 d’entre eux ont reçu des fonds supplémentaires du Programme mondial pour la sécurité alimentaire et l'agriculture, créé pour appuyer les programmes de sécurité alimentaire en ligne avec le PDDAA.

Sept des Etats membres constituent également les pays de "première vague" dans le cadre de l'initiative 'Grow Africa' (Croissance en Afrique), qui est conçue pour amener l’investissement international du secteur privé dans leur chaîne d'approvisionnement agricole.

En collaboration avec le Forum économique mondial, l'idée est d'encourager les gouvernements à s’associer aux entreprises, avec l'appui des organisations internationales, pour investir dans leur propre pays et leur système agricole. Jusque-là, plus de 30 milliards de dollars ont été mobilisés, ce qui a favorisé des modèles financiers pour des chaînes de valeur spécifiques. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
ILES DU PACIFIQUE: L’égalité des sexes préoccupe les dirigeants de la région
BRESIL: Le "Dalaï Lama de la forêt tropicale" confronté à des menaces de mort
SYRIE: Le TNT et la ferraille vident la capitale industrielle du pays
OUGANDA: Aider les femmes séropositives à éviter des grossesses non désirées
INDE: Les droits fonciers et l’éducation peuvent-ils sauver une ancienne tribu?
CAMEROUN: La récurrence de l’épidémie de choléra souligne des écarts de développement
KENYA: Une femme se bat pour trouver le vrai contraceptif
AFRIQUE: Contraception, le maillon le plus faible de la prévention du VIH
SANTE: Le Nigeria prend conscience de la menace du SIDA dans le pays
KENYA: L’extraction de sable, un travail dangereux, attire les jeunes
More >>