Inter Press Service News Agency
00:54 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

ENVIRONNEMENT
Appel des jeunes à 'un changement radical' pour résoudre la crise climatique
Isolda Agazzi

GENEVE , 14 déc (IPS) - Une délégation de jeunes s’était rassemblée loin des salles de conférence à Doha, au Qatar, pour dire "non" à un plaidoyer sans action, au moment où les dirigeants du monde bouclaient la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 18).

La COP 18 avait pris fin, le week-end dernier, avec la vague promesse annuelle de faire face aux nombreux problèmes provoqués par des conditions météorologiques extrêmes et le réchauffement climatique de la planète.

A l'invitation du Club de Rome – une cellule de réflexion réputée dont la publication du rapport novateur sur "Les Limites de la croissance" avait fait réfléchir il y a 40 ans, et qui avait introduit le concept de développement durable dans le discours dominant - artistes, activistes, et représentants des principales coalitions de jeunes dans le monde entier se sont précipités au Cours-Conférence sur le changement à Winterthur en Suisse, pour discuter des alternatives viables à l’ordre qui prévaut.

Appelant à un "changement de mentalité" pour freiner le réchauffement de la planète, quelque 60 participants aux ateliers du 8 au 11 décembre, ont souligné que les sommets politiques de haut niveau tels que celui de Doha ont montré, à plusieurs reprises, les limites de leur efficacité.

Ayant marre de l'incapacité des politiciens à conclure des accords irrévocables sur la réduction des émissions de carbone et à trouver des solutions durables - au-delà du paradigme de la poursuite de l'industrialisation - à la crise climatique, ces jeunes sont repartis à la base, se concentrant sur des actions fondamentales pouvant aider les communautés à s'adapter aux changements climatiques.

Se référant à l’engagement pris à Doha, par les nations développées, d’octroyer des fonds aux pays pauvres - en particulier aux pays les moins avancés (PMA) – pour faire face aux pertes et destructions provoquées par des événements météorologiques extrêmes, Ibrahim Ceesay, coordinateur exécutif de l’Initiative de la jeunesse africaine sur le changement climatique (AYICC), a demandé à IPS: "Comment pouvons-nous assurer que cela se traduise dans la pratique?"

Selon lui, la réponse se trouve chez les jeunes, qui ont "un rôle important à jouer dans l'adaptation et l'atténuation, parce qu’ils sont innovants, dynamiques et peuvent servir de pont entre ceux qui élaborent les politiques et ceux qui en subissent les conséquences".

"Quand je rentrerai en Gambie (son pays natal), ma tâche sera de dire à la femme du village comment elle sera affectée par le réchauffement de la planète".

L’activiste et cinéaste de 27 ans a déclaré que l’AYICC qui est le plus grand réseau de jeunes sur le changement climatique en Afrique, et qui est composé de 42 sections au niveau des pays représentant ainsi un total de 10.000 membres à travers le continent, a fait un plaidoyer pendant les cinq dernières années.

"Maintenant, nous voulons arrêter et aider les communautés à s'adapter au changement climatique. Pratiquez ce que vous prêchez, et prêchez ce que vous pratiquez", a ajouté Ceesay.

L'Afrique contribue actuellement pour moins de quatre pour cent du total des émissions mondiales de carbone, mais l'impact du réchauffement climatique sur le continent est d'une gravité disproportionnée.

Ceci, combiné avec les antécédents peu convaincants des nations industrialisées à adhérer à leurs propres objectifs de réduction des émissions, a poussé le réseau des jeunes à travailler directement avec les communautés locales pour identifier et mettre en œuvre des solutions durables pour s’adapter aux changements climatiques.

"Nous voulons proposer des mesures de résistance et des stratégies adaptées, parce que les fonds d'adaptation ne parviennent pas à ceux qui en ont besoin. Nous devons développer des plans d'urgence et aider les gens à raconter leurs histoires. Des gens meurent, nous devons donc agir vite", a souligné Ceesay.

Une jeune Namibienne nommée Justine Braby, directrice du programme de l’AYICC, a déclaré à IPS: "La nouvelle génération lutte pour un changement parce qu’avec les dirigeants actuels du monde, rien ne se produit, nous n’avançons pas".

"Tous ceux qui étaient présent à cette conférence reconnaissent que le système économique actuel constitue un problème. Nous avons besoin d'un changement de paradigme au niveau mondial", dit-elle.

Elle croit que l'Afrique est dans une position unique pour inciter à ce type de changement radical. "Nous pouvons soit copier-coller le (modèle) de l'industrialisation qui ne fonctionne pas, ou nous pouvons trouver des (alternatives) innovantes au niveau des pays".

Un petit groupe, membre de l’AYICC a mené récemment une enquête dans une ancienne township de Windhoek, dans la capitale namibienne, posant aux gens des questions sur leurs valeurs, et sur ce qui les rend heureux - que ce soit l'accès à l'éducation de base ou leur loisir.

Les résultats seront intégrés dans les plans de développement municipaux et nationaux, dans le but d'aller au-delà du produit intérieur brut (PIB) considéré comme la seule mesure de bien-être d'un pays ou de la population.

"Nous ne pourchassons pas la croissance financière, ce qui est irréaliste, mais la satisfaction du peuple, le bien-être de la société", a-t-elle expliqué. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
SALVADOR: Le CIRDI examine les derniers arguments dans le conflit minier
ENVIRONNEMENT: Le Sommet de l’ONU sur le climat: un défilé ou une réalité?
MONDE: La déforestation illégale peut nuire à la majorité des produits de consommation
EUROPE: L’opération 'Frontex Plus' diversement appréciée par des organisations
SALVADOR: Des fermiers misent sur le développement durable
SYRIE: Les USA évitent le Conseil de sécurité sur l’invasion imminente du pays
MONDE: Les peuples indigènes veulent être présents dans l'agenda post-2015
AFRIQUE: La division des terres agricoles menace la sécurité alimentaire
GAZA: La guerre est finie mais pas la crise du logement
MEXIQUE: Des immigrés expulsés des Etats-Unis dans l’incertitude à la frontière
More >>