Inter Press Service News Agency
01:19 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

SOUDAN DU SUD
Pas de services de base pour ce pays producteur de pétrole
Charlton Doki

JUBA , 18 déc (IPS) - Le Soudan du Sud a probablement reçu un peu plus de 10 milliards de dollars comme revenus pétroliers de 2005 à janvier 2012, avant la suspension de la production du pétrole, selon des responsables du gouvernement et de la Banque mondiale.

Mais les experts du développement ont exhorté le gouvernement à investir dans le pays et dans sa population, étant donné la rareté des services sociaux de base.

Plus tôt cette année, le Soudan du Sud a suspendu sa production de pétrole suite à un différend l’opposant au Soudan voisin par rapport aux frais de transit. Mais la production devrait reprendre dans les tout prochains mois, après un accord signé entre les deux pays en septembre.

Toutefois, Dr Nelson Leben Moro de la Faculté des études sur la paix et le de développement à l'Université de Juba, a déclaré à IPS que le gouvernement a devait commencer par affecter une partie des revenus pétroliers à la construction d'infrastructures hautement indispensables pour impulser le développement de cette nation de l'Afrique centrale-orientale.

"Les revenus pétroliers doivent être utilisés de manière bénéfique pour tout le pays et non pour les quelques personnes qui sont près du trésor", a-t-il indiqué.

Alors que le gouvernement a aidé au financement de l'enseignement primaire et secondaire, et aux services de santé dans les hôpitaux de certaines capitales des Etats du pays, sa contribution à ces services est infime.

Dans certains hôpitaux, les salaires des travailleurs et les médicaments sont pris en charge par des ONG, et parfois les organisations à but non lucratif sont ici les seuls fournisseurs de manuels scolaires et d’autres équipements fixes.

"Le gouvernement doit adopter de nouvelles méthodes de gestion des revenus pétroliers afin que l'argent soit utilisé dans des projets de développement qui profitent à tout le pays", a souligné Moro.

"Nous savons que lorsque de nombreuses parties du pays souffrent d'insécurité alimentaire, il y a des endroits comme Yei (Yei, comté de l’Etat de l’Equatoria central) et de l'Equatoria occidental qui produisent beaucoup de vivres. Vous devez construire des routes qui mènent à l'endroit où est produite la nourriture", a-t-il déclaré.

Le Soudan du Sud possède seulement 110 kilomètres de routes bitumées dans la capitale, Juba, avec une seule route bitumée reliant la ville à la frontière de l'Ouganda. En outre, ici de nombreuses régions sont uniquement accessibles par avion.

Moro a ajouté que le gouvernement devait également prioriser l'éducation et fournir également des services de base tels que les soins de santé.

"Nous avons beaucoup de jeunes qui ont besoin de formations. Le gouvernement devrait s'assurer que les jeunes reçoivent des formations professionnelles pour leur permettre d’obtenir des emplois".

"Pour que nos peuples travaillent et développent le pays, ils doivent d'abord être en bonne santé. Mais pour qu’ils soient en bonne santé, il doit y avoir des services de santé appropriés dans le pays", a déclaré Moro.

La majorité des quelque neuf millions d’habitants du Soudan du Sud n'ont accès à aucune forme de soins de santé.

Selon le ministère de la Santé, le Soudan du Sud compte actuellement 120 médecins, un peu plus de 100 infirmières et moins de 150 sages-femmes qualifiées.

Dans certaines zones rurales, les malades doivent marcher pendant deux jours ou plus encore, pour atteindre le centre de santé le plus proche.

Le Soudan du Sud détient les pires indicateurs de santé sur la planète. Selon le Fonds des Nations Unies pour la population, le taux de mortalité maternelle de ce pays est le plus mauvais au monde, avec 2.054 décès pour 100.000 naissances vivantes, parce qu’en grande partie, près de 90 pour cent des femmes accouchent hors des centres de santé. Ici, les hôpitaux manquent de médicaments, d’équipements et de personnels qualifiés. En plus, ils sont surpeuplés.

Kenyi Spencer, économiste de l'environnement et consultant en développement du secteur privé à la Banque mondiale, a indiqué à IPS, qu’étant donné que le pétrole est une ressource non renouvelable, les fonds qui en proviennent doivent être utilisés pour développer d'autres secteurs, comme la production agricole.

"A l’ avenir, l'agriculture sera le véritable moteur de l'économie sud-soudanaise, mais le gouvernement doit prendre des mesures pour la développer", a ajouté Spencer.

Il a exhorté le gouvernement à prioriser l'éducation, soutenant que le taux élevé d'analphabétisme du pays entraverait les efforts de développement. En 2011, le gouvernement a annoncé que le taux d'analphabétisme du Soudan du Sud était de 73 pour cent.

Ce pays est devenu la plus jeune nation africaine en juillet 2011. Mais à causes des décennies de guerre de libération avec le Soudan, seulement une poignée de la population a pu fréquenter l’école.

"Ce qu'il faut réellement est une formation technique, plutôt que théorique. Ce pays a besoin de plombiers, d’électriciens, de mécaniciens, de menuisiers, etc. C'est dans ces domaines que l'argent devrait être investi", a affirmé Spencer.

La plus importante des attentes, est que le gouvernement puisse mettre fin aux mesures d'austérité actuelles introduites en février, puisque le pétrole va couler à nouveau. Des mesures, dont la réduction des salaires des fonctionnaires, ont été mises en place peu de temps après l'arrêt de la production pétrolière qui représentait 98 pour cent du PIB total du pays.

Beaucoup n'ont pas été contents des réductions imposées dans ce pays enclavé. Le 7 septembre, dans le comté central de Rumbek dans l'Etat des Lacs, un groupe de 30 policiers a attaqué et tiré au bras de l'inspecteur de police, le lieutenant-colonel Mangar Kajeny Kamich. Ils seraient mécontents des réductions des salaires.

La veille, selon un rapport publié par le journal local, le 'Soudan Tribune', des agents de la faune du même Etat, avaient battu leur supérieur immédiat, suite à l’annonce de la réduction sur leur salaire.

Moro a déclaré que le gouvernement devait augmenter les salaires des fonctionnaires une fois que le pays aura repris sa production de pétrole. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
BARBUDA: Pour certains, l’initiative 'Blue Halo' compromettra l’avenir des pêcheurs
JAPON: La politique 'Womenomics' peut-elle arrêter la féminisation de la pauvreté?
ENVIRONNEMENT: Des ONG opposées à l’agriculture intelligente face au climat
OPINION: Investir dans les adolescentes pour le développement de l’Afrique
ASIE: Le financement pour l’environnement oublie les communautés indigènes
AFGHANISTAN: Pour certains demandeurs d’asile, le voyage s’arrête là où il a débuté
SALVADOR: Le CIRDI examine les derniers arguments dans le conflit minier
ENVIRONNEMENT: Le Sommet de l’ONU sur le climat: un défilé ou une réalité?
MONDE: La déforestation illégale peut nuire à la majorité des produits de consommation
EUROPE: L’opération 'Frontex Plus' diversement appréciée par des organisations
More >>