Inter Press Service News Agency
04:24 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

KENYA
La course pour une élection paisible
Peter Wahwai

RIFT VALLEY, Kenya, 28 déc (IPS) - Les coureurs Hosea Nailel et Julius Muriuki, qui viennent respectivement des ethnies Kalenjin et Kikuyu des communautés rivales du Kenya, se sont rencontrés au cours d’un semi-marathon quand ils se sont détachés du peloton et sont restés dans le groupe de tête.

Ils ont partagé l'eau durant la course et ont essayé de se dépasser à diverses étapes de la dernière ligne droite. Ils ne se parlaient pas, ils essayaient seulement de concourir.

Après s’être rencontrés pour la première fois au semi-marathon de Menengai récemment inauguré à Nakuru Town, dans la province de la Rift Valley en novembre, Nailel et Muriuki sont devenus des amis et veulent devenir des partenaires pour l'entraînement.

C’est particulièrement émouvant dans un pays où les communautés Kalenjin et Kikuyu de la province de la Rift Valley sont engagées dans des affrontements ethniques meurtriers presque chaque année d’élection depuis 1992. Le pire de cela était les violences postélectorales de 2007-2008, dans lesquelles plus de 1.300 personnes ont été tuées, 3.000 femmes ont été violées et plus de 600.000 personnes ont été déplacées, selon un rapport publié par la Commission d’enquête nommée par le gouvernement au sujet des violences postélectorales.

Le comté de Nakuru dans la province de la Rift Valley a été considéré comme un terrain politique favorable pendant les violences électorales de 2007-2008. Et des tensions éclatent à nouveau dans le pays avant les élections de 2013. Ce mois-ci, le groupe d'investissement 'Old Mutual Kenya' a déclaré que l’ethnicité jouerait également un rôle dans les prochaines élections. Récemment, des violences interethniques ont éclaté dans cette nation d'Afrique orientale au cours d’une course pour les ressources.

Le 9 septembre, 38 personnes ont été tuées dans des attaques de représailles dans le district du Delta du fleuve Tana de la Province côtière du Kenya. Parmi les morts, on comptait huit enfants, cinq femmes, 16 hommes et neuf policiers.

En août, quatre personnes ont été tuées dans divers incidents dans le village de Muradellow dans le Nord Mandera, dans la Province du Nord-Est. La police a indiqué que le conflit était survenu à un point d'eau où des bergers avaient conduit leurs troupeaux.

En mars, 22 personnes ont été tuées à Mandera, dans la Province du Nord-Est. Plus de 1.500 personnes ont fui leurs maisons à cause des violences, survenues dans le village d’El Golicha, près de la frontière du Kenya avec la Somalie.

Mais les différences ethniques signifient peu pour les deux talentueux coureurs.

"J'ai rencontré Muriuki et plusieurs autres athlètes du centre du Kenya au cours du marathon. Je ne le connaissais pas avant, mais depuis, nous sommes en contact, et nous nous reverrons bientôt. Nous avons prévu de nous entraîner ensemble et de participer au prochain semi-marathon. En tant qu’athlètes, nous allons utiliser notre talent pour démontrer l'unité", a déclaré à IPS, Nailel, qui vient de la ville d'Eldoret, dans le nord de la Rift Valley, qui a également subi des violences ethniques après les élections nationales en 2007.

Nailel, qui a été classé sixième au cours du semi-marathon de Paris en octobre, incite une équipe de coureurs du nord de la Rift Valley à se joindre à plus de 2.000 participants à Nakuru Town dans une course qui vise à combattre les divisions ethniques en vue des élections nationales de mars 2013.

"Ces courses vont certainement unir les différentes communautés et finalement la nation; les Kenyans sont connus pour s’unir derrière leurs athlètes masculins et féminins", a affirmé Nailel.

Muriuki vit à Nyahururu, une ville de la Province centrale, et est un coureur qui promet pour l’avenir.

"Ils sont de grands coureurs", a déclaré Muriuki au sujet de l'équipe de Nailel. "Ils m'ont aidé à améliorer ma vitesse, cela été une course solidaire et nous avons couru ensemble jusqu’à la ligne de fin. Je suis en contact avec Nailel et certains des autres coureurs, et je suis impatient de les retrouver à la prochaine course", a déclaré Muriuki à IPS.

Muriuki avait paru fort tout au long de la course, mais Nailel a tenu jusqu’à la fin et a fait 61:02 pour remporter le semi-marathon avec Muriuki venant en quatrième position. Muriuki était le seul coureur de la Province centrale à terminer parmi les 10 premiers de la course, tandis que l'équipe de Nailel a remporté une victoire convaincante en devançant toutes les autres positions.

Nailel et Muriuki espèrent que la course pourra aider à fondre les différences de leurs groupes ethniques respectifs.

"C’était vraiment encourageant de voir les habitants de Nakuru Town alignés au bord des voies pour nous encourager quand nous passons à travers les rues. Nous nous sommes sentis encouragés et comme faisant partie de Nakuru, bien que ce soit notre première participation à une course dans la ville", a déclaré Nailel de la communauté majoritaire des Kikuyu à Nakuru Town.

Muriuki en convient: "C'était la première fois que nous avons rencontré beaucoup de ces athlètes en si grand nombre et ce serait une grande chose que de tels événements continuent dans le but d’unir les jeunes gens des communautés opposées".

Tous deux (Muriuki et Nailel) ont évoqué la possibilité de trouver un endroit convenable pour s'entraîner. Ils pensent que Nakuru Town, où ils se sont rencontrés, pourrait être un possible terrain d'entraînement en raison de sa situation stratégique entre leurs villes d'origine. Ils ont également discuté de la possibilité de se rendre visite régulièrement.

Leur démonstration de l'unité est encourageante pour d’autres.

David Okeyo, le secrétaire général de l’athlétisme au Kenya, a affirmé que l'athlétisme était l'un des moyens les plus pratiques de renforcer l'unité entre les communautés en vue des élections nationales de mars 2013.

"Il ya des centaines de (coureurs) qui vont venir de différentes communautés et qui peuvent faire plus que courir seulement, ils peuvent unir les communautés, si nous les réunissons comme nous l'avions fait à Nakuru", a-t-il déclaré à IPS.

Okeyo a ajouté que de telles courses sont très importantes dans des zones comme le comté de Nakuru et toute la province de la Rift Valley où les affrontements de 2007-2008 se sont produits. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
ETATS-UNIS: Les coupures d’eau à Detroit violent les droits humains, selon des activistes
NICARAGUA: Les gens de Mayagna et leur forêt tropicale pourraient disparaître
CHILI: Le pays jure de dissiper l’ombre persistante de la dictature
BRESIL: Carton rouge à l’exploitation des enfants lors de la Coupe du monde
THAÏLANDE: Des organisations religieuses veulent s’impliquer dans la gestion des catastrophes
SWAZILAND: Le mariage, un obstacle au traitement antirétroviral pour les femmes
KENYA: Division des opinions sur la faisabilité de l’introduction de l’option B+
OUGANDA: Les ARV, une pilule amère à avaler pour les enfants
ALLEMAGNE: La nouvelle révolution énergétique continue d'avancer
OUGANDA: Les adolescents ont du mal à révéler leur statut sérologique
More >>