Inter Press Service News Agency
01:20 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

SIERRA LEONE
Le vilain visage de la justice de la rue
Tommy Trenchard

FREETOWN, 29 jan (IPS) - Une nuit chaude et sans étoiles à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, un adolescent court désespérément dans une rue défoncée avant d'être violemment projeté à terre par un spectateur. Comme la nouvelle se répand que le voleur a été arrêté, de jeunes hommes accourent de toutes parts.

En moins d'une minute, cette rue étroite est bondée de monde, et le garçon, clamant toujours son innocence, reçoit le premier d'une série de coups qui se poursuivront sans relâche pendant environ 40 minutes.

Avec des bâtons, briques et des pierres ramassés au bord de la route poussiéreuse, les assaillants frappent, piétinent et donnent des coups à la silhouette couchée dans la poussière. "Nous allons le tuer", déclare un homme avec enthousiasme, balançant à plusieurs reprises un bâton lourd sur la tête et le cou du garçon. Du sang coule d'une large entaille dans la cuisse, et le garçon empoigne sa tête à cause de la douleur.

Finalement, mis à nu et à peine capable de se tenir debout, le jeune traumatisé est éjecté par la foule, et abandonné à son sort. "Celui-ci mourra durant la nuit", dit un homme. "C'est un voleur", a-t-il poursuivi en guise d'explication, "alors, c'est un homme très mauvais".

La vindicte populaire règne dans ce pays d’Afrique de l’ouest de près de six millions d'habitants, où un système judiciaire inefficace, le manque généralisé de confiance dans la police, et l'héritage de groupes d'autodéfense opérant pendant la longue guerre civile dans le pays, amènent les civils à prendre la justice dans leurs propres mains.

Dix ans après la fin de la guerre civile, la Sierra Leone est un pays pacifique. Les récentes élections présidentielles ont été marquées par de grandes campagnes contre la violence et se sont déroulées dans le calme. Mais alors que la violence en général est largement condamnée, la bastonnade spontanée de petits criminels présumés attire peu de critiques.

Ibrahim Tommy, directeur exécutif du Centre de la responsabilité et de l’Etat de droit (CARL), une organisation non gouvernementale juridique opérant en dehors de Freetown, lie la vindicte populaire directement au système judiciaire défaillant de la Sierra Leone qui a du mal à tenir pour responsables les petits criminels.

"Ce que fait le public, c’est de répondre aux faiblesses dans le système judiciaire, le manque de capacité... à rendre justice dans une période raisonnable", affirme Tommy à IPS. "Alors, ce qu'ils font, c’est de battre la personne. Tant que quelqu'un a eu en réalité assez de temps et d’opportunité pour frapper le suspect, il ou elle se sent satisfait(e)".

"Si nous le livrons à la police, il reviendra ici juste le lendemain", déclare un homme, durant la bastonnade d'un adolescent attrapé pendant qu’il est en train de voler un téléphone portable.

Tommy souligne en particulier les retards paralysants qui entraînent une faible participation des témoins dans les affaires judiciaires. "Ce qui se passe, c’est que quelqu'un est arrêté, emmené au poste de police... la personne est traduite en justice, mais personne ne se présente pour témoigner. A ce point, le magistrat n'a pas d'autre choix que de la libérer... Pour justifier une condamnation, vous avez besoin de témoins".

"Les gens dans ce pays ne vont pas devant les tribunaux pour servir de témoins", admet Ibrahim Samura, commissaire adjoint de la Police de Sierra Leone.

Beaucoup sont réticents à perdre leur temps dans des affaires frappées par d’énormes retards. D'autres craignent qu’en apportant des preuves ils ne s'exposent au risque de représailles. Même les victimes elles-mêmes ne se présentent pas au tribunal, raconte Samura à IPS.

Mais, selon Tommy, le manque de participation des témoins n'est qu'un des facteurs qui expliquent le faible taux de condamnation. Il allègue que certains criminels réussissent à conclure des accords avec des policiers pour éviter de faire face à des chefs d’accusation. "La plupart du temps, ils sont détenus dans les cellules de la police, et après un jour ou deux, après que le public a oublié l’affaire, ils sont relâchés dans la société".

Il estime que la culture de la vindicte populaire et de la "justice de la rue" a ses racines dans la guerre civile d’une décennie en Sierra Leone, lorsque des groupes civils de défense se sont soulevés en réponse à l'incapacité de l'armée à faire face à la menace que constituaient les rebelles du Front uni révolutionnaire.

"La vindicte populaire a vraiment commencé sérieusement durant la guerre", dit-il. "C'est lorsque le public a perdu la foi dans les forces de défense et pensait qu'ils avaient besoin de faire quelque chose au sujet de leur propre sécurité, alors ils ont essayé de combler le vide laissé par la conduite scandaleuse d'officiers militaires".

Des victimes anonymes à la morgue

Aujourd’hui, les violences de la vindicte populaire sont monnaie courante à Freetown. A l'hôpital principal de la ville, l’infirmier Dura Kamara est habitué à traiter les victimes de la justice de la rue. "Nous les recevons au moins une ou deux fois par semaine", explique-t-il. "Elles sont dans un état très grave. Les gens jettent de l'acide sur elles, les battent, cassent leurs os, utilisent des machettes sur elles".

Mais beaucoup n’arrivent jamais à atteindre l'hôpital. A la morgue de la ville, le surveillant Alhaji Kanjeh est assis dans un bureau délabré décoré avec des membres humains ratatinés dans des vitrines poussiéreuses. "C’est très fréquent, les gens qui sont arrêtés pendant qu’ils sont en train de voler sont battus à mort", déclare-t-il à IPS. (FIN/2013)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
BARBUDA: Pour certains, l’initiative 'Blue Halo' compromettra l’avenir des pêcheurs
JAPON: La politique 'Womenomics' peut-elle arrêter la féminisation de la pauvreté?
ENVIRONNEMENT: Des ONG opposées à l’agriculture intelligente face au climat
OPINION: Investir dans les adolescentes pour le développement de l’Afrique
ASIE: Le financement pour l’environnement oublie les communautés indigènes
AFGHANISTAN: Pour certains demandeurs d’asile, le voyage s’arrête là où il a débuté
SALVADOR: Le CIRDI examine les derniers arguments dans le conflit minier
ENVIRONNEMENT: Le Sommet de l’ONU sur le climat: un défilé ou une réalité?
MONDE: La déforestation illégale peut nuire à la majorité des produits de consommation
EUROPE: L’opération 'Frontex Plus' diversement appréciée par des organisations
More >>