Inter Press Service News Agency
00:30 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

MALI
En train de chasser les rebelles, mais pas la peur
Marc-André Boisvert

DIABALY, Mali, 4 fév (IPS) - "Nous savons qu’ils ne sont pas loin. Nous ne nous sentons pas en sécurité", murmure Allassane Traoré, pendant qu’il regarde fixement la route par laquelle les islamistes sont entrés dans la ville de Diabaly, dans le centre du Mali, il y a presque deux semaines.

Traoré, lui-même un musulman et un muezzin - la personne qui récite l'appel à la prière à la mosquée locale - est devenu nerveux quand il a vu une ligne de camions pick-up remplis de jihadistes affiliés à Al-Qaïda faire le tour de la ville le 14 janvier, à quelque 250 kilomètres de Bamako, la capitale du pays. Il a envoyé ses enfants et sa femme loin.

"Ils étaient violents et ils ont tout détruit - ils peuvent revenir à tout moment", a-t-il déclaré à IPS, parlant devant sa modeste mosquée bleue. "Nous les avons vu renifler une poudre blanche. Ils ne sont pas de bons musulmans".

Pendant l’année dernière, près des deux-tiers de ce pays d’Afrique de l’ouest a été occupé par une coalition de groupes armés composés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest, et Ansar Dine, un groupe islamiste parmi les Touaregs - un peuple berbère traditionnellement nomade qui vit dans de grandes parties du Mali et du Niger.

Ces islamistes, qui disent qu'ils sont engagés à imposer la charia, ont pris le contrôle de Diabaly pendant plus d'une semaine avant que les forces malienne et française ne les repoussent avec succès le 21 janvier. L'attaque contre Diabaly a déclenché l'intervention internationale en cours conduite par la France – à la demande du président malien par intérim, Dioncounda Traoré - qui a finalement chassé les combattants islamistes de trois grandes villes du nord.

Quelques voitures brûlées et des blindés maliens abandonnés rappellent aux visiteurs que de violents combats ont eu lieu dans cette petite communauté entourée de rizières. Des drapeaux français flottent depuis ce temps sur les boutiques et les motos à travers la ville, posés par les gens du coin convaincus que l’intervention de 2.500 soldats français les a sauvés du règne islamiste.

Les terroristes, bien qu’étant incapables de lire et d’écrire, "étaient mieux formés et équipés que l'armée malienne", indique à IPS, Diakaridia Doumbia, un militaire retraité qui est maintenant un conseiller municipal.

"Ils ont dit qu'ils étaient contre le gouvernement, et non contre la population. Nous ne les avons pas crus", déclare à IPS, Oumar Diakité, le maire de Diabaly. "Nous entendions parler de la charia dans le nord, de l'amputation et de la flagellation - beaucoup ont fui sachant ce qui arriverait prochainement, même si les terroristes ont tenté de tromper les gens du coin en se montrant gentils".

Les forces spéciales françaises sont parties pour le nord et la vie semble être revenue à la normale à Diabaly. Dans la zone environnante, une petite garnison de soldats maliens s'est installée, attendant le renforcement de 4.500 soldats africains qui devraient être déployés partout au Mali dans les prochaines semaines.

Insécurité et anxiété

Mais plus loin sur la route vers le nord, les habitants de Dogofiri ne partagent pas l'enthousiasme des résidents de Diabaly. Ici, les gens regardent fixement le sol et refusent de parler aux étrangers.

"Nous savons que les terroristes sont toujours là, cachés dans la brousse. Ils pourraient revenir à tout moment et se venger", explique à IPS, Ousmane Diarra, un boutiquier.

Les quelques points de contrôle sur la route poussiéreuse, tenus par deux ou trois militaires maliens désœuvrés dans des sandales plastiques, ne rassurent pas les habitants ici.

"L'armée malienne n'a pas été en mesure de stopper la progression des islamistes – elle s'est enfuie. Et, en dépit des attaques, la sécurité n'a pas été renforcée", affirme à IPS, un habitant du coin, qui préfère garder l'anonymat. "Cela peut se passer à nouveau bientôt à n’importe quel moment".

Qui plus est, beaucoup d’habitants craignent l'armée malienne.

"Ils ont battu un vieil homme. Ils ont également exécuté un homme en plein jour", souligne à IPS, un autre habitant de Dogofiri. "Ils ont dit qu’il avait collaboré avec les islamistes".

A Dogofiri, tous les Touaregs et Arabes – les gens à la "peau claire" qui vendaient des marchandises sur le marché local - ont quitté depuis ce temps.

"Il y a un sentiment d'anxiété", ajoute cet habitant du coin. "Les citoyens ont peur de l'armée".

Le 1er février, 'Human Rights Watch' a accusé l'armée malienne, qui a renversé le gouvernement civil démocratiquement élu en mars 2012, d'avoir exécuté 13 partisans islamistes en plein jour.

Dans un autre incident, en septembre 2012, à seulement quelques kilomètres de la ville, l'armée malienne avait exécuté 16 prédicateurs musulmans non armés traversant la frontière mauritanienne. Le groupe de défense des droits humains basé en France, la Fédération internationale des droits de l'Homme, avait enregistré au moins 11 incidents extrajudiciaires commis par l'armée en janvier.

De retour à l’hôtel de ville de Diabaly, le conseil municipal marche avec précaution.

"Ce n'est pas une question de race", souligne Diakité. "La première personne tuée à Diabaly par des islamistes était un Touareg. Nous savons qui est bon et qui est mauvais".

"Au Mali, nous avons tous des membres de la famille issus d'autres races", explique le maire, "y compris les Touaregs. Il y a des criminels et il y a des Maliens. Le Mali est un pays multiethnique et nous vivons bien ensemble".

Mais d'autres suspicions maintiennent la ville en alerte et impatiente pour la justice. (FIN/2013)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
ETATS-UNIS: Les coupures d’eau à Detroit violent les droits humains, selon des activistes
NICARAGUA: Les gens de Mayagna et leur forêt tropicale pourraient disparaître
CHILI: Le pays jure de dissiper l’ombre persistante de la dictature
BRESIL: Carton rouge à l’exploitation des enfants lors de la Coupe du monde
THAÏLANDE: Des organisations religieuses veulent s’impliquer dans la gestion des catastrophes
SWAZILAND: Le mariage, un obstacle au traitement antirétroviral pour les femmes
KENYA: Division des opinions sur la faisabilité de l’introduction de l’option B+
OUGANDA: Les ARV, une pilule amère à avaler pour les enfants
ALLEMAGNE: La nouvelle révolution énergétique continue d'avancer
OUGANDA: Les adolescents ont du mal à révéler leur statut sérologique
More >>