Inter Press Service News Agency
16:56 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

MALI
Les troupes de la CEDEAO arrivent, l’armée malienne se déchire davantage
Soumaila T. Diarra

BAMAKO, 9 fév (IPS) - Les soldats ouest-africains de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) continuent d’arriver à Bamako pendant que des centaines d’entre eux sont déjà déployés dans certaines localités du pays pour sécuriser tout le territoire malien et assurer son intégrité.

Au même moment, la capitale malienne a renoué avec la violence interne, vendredi, par des affrontements et des tirs, entre deux factions de l’armée: les bérets rouges proches de l’ancien président Amadou Toumani Touré renversé en mars 2012, et les bérets verts qui avaient soutenu les putschistes. Les tirs ont tué deux adolescents et fait 13 blessés, selon des sources hospitalières.

Le président par intérim Dioncounda Traoré a condamné ces affrontements fratricides, et demandé, dans une déclaration, aux militaires maliens de se ressaisir au moment où des armées étrangères viennent aider le Mali à bouter dehors les jihadistes et narcotrafiquants qui occupaient le nord du pays depuis 2012.

Makan Koné, président de l’association des journalistes - La Maison de la presse – se dit également consterné par ces affrontements, qualifiant de honteux le comportement de ces militaires maliens.

Parmi les nouvelles troupes de la MISMA arrivées récemment à Bamako, figurent des Béninois, des Ivoiriens et des Sénégalais, pour le compte des pays de la Communauté des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Le colonel Yao Adjoumani, porte-parole de la MISMA, estime que les pays contributeurs des troupes pour la MISMA continuent d’envoyer leurs éléments. «A ce jour, entre 65 et 70 pour cent de l’effectif de la MISMA est présent au Mali», a-t-il déclaré lors d’un point de presse à Bamako, le 6 février.

Le col Adjoumani a également annoncé que les troupes guinéennes ont franchi la frontière malienne, ajoutant que le déploiement de la MISMA sera effectif d’ici la mi-février. Mais il est resté silencieux sur le nombre des soldats, les lieux et le calendrier de leur déploiement pour des raisons de sécurité, a-t-il dit.

Selon une source proche du ministère malien de la Défense, le nombre des soldats ouest-africains au Mali devrait dépasser 5.000 avant la fin de février. Environ 2.540 soldats sont déjà arrivés dont une bonne partie est déjà déployée dans le centre et le nord.

Les habitants des zones de leur déploiement se disent rassurés par la présence des troupes ouest-africaines. Le contingent de 600 Burkinabè est dans la localité de Markala, au centre du Mali. «Nous nous sentons en sécurité avec l’arrivée des soldats burkinabè. Ils sont basés à l’Ecole des sous officiers et ne posent pas de problèmes aux gens», a affirmé à IPS, Demba Diallo, le maire de Markala.

La mission des soldats ouest-africains est de sécuriser les zones de leur déploiement en organisant des patrouilles. «On ne peut pas faire plus de cinq minutes sans voir des soldats burkinabè en patrouilles. Ils sécurisent la ville et les autres localités environnantes», a ajouté Diallo.

Dans la même région, à Ségou, sont installés 250 Nigérians tandis qu’un peu plus au nord, se trouvent des Togolais dans la localité de San. Quant à Gao, l’une des grandes villes du nord du pays, elle abrite le contingent des soldats nigériens venus là-bas directement de Niamey, au Niger, avec les troupes tchadiennes déployées vers l’extrême-nord, à Kidal et au-delà.

Au plan humanitaire, des dispositions sont prises pour le respect des droits de l’Homme au cours de la mission de sécurisation du pays. Par exemple, plusieurs cadres officiers de la MISMA ont bénéficié d’une formation sur le respect des droits humains, le 5 février à Bamako.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) espère ainsi rappeler à toutes les parties au conflit leurs obligations dans la protection de la population civile. Selon Zavan Raniero Owsa, chargé des forces armées et sécurité au CICR, l’objectif est d’arriver au respect d’un Etat de droit durant la période de conflit et au cours des périodes post-conflit.

«La stratégie qui sera adoptée consiste, pour chaque officier sensibilisé, à servir de relais au niveau de sa troupe, en sensibilisant chacun au moins cinq éléments... De fil en aiguille, cette stratégie devra toucher au moins plus de 20 pour cent de l’effectif total des cadres de la MISMA», a déclaré Owsa.

Mais, au moment où des tractations sont en cours pour placer les troupes de la CEDEAO sous le contrôle des Nations Unies, les nouvelles de la déchirure interne de l’armée à Bamako inquiètent les populations du Nord-Mali.

«En ce moment, le Mali n’a pas besoin d’une division au sein de l’armée. Nous devons nous concentrer sur la libération totale de tout le territoire malien; et après, l’armée peut régler ses divergences», a indiqué à IPS, Mahamane Cissé, un notable de Gao joint par téléphone.

Par ailleurs, la situation alimentaire est difficile dans la région, même si l’ONU a annoncé, le 5 février, la reprise de la distribution de rations alimentaires dans le nord.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) avait cessé d’envoyer de l’aide depuis la reprise des combats en janvier. «Nous avons commencé la livraison des vivres par la voie fluviale vers des villes du nord comme Tombouctou, Goundam et Niafunké», a affirmé à IPS, Daouda Guirou, chargé de communication au bureau du PAM au Mali.

L’ouverture, à partir du vendredi 8 février, de l’axe routier Sévaré-Douentza, a permis d’acheminer des vivres vers Gao. «Les distributions de vivres aux populations vont commencer très prochainement - samedi ou dimanche», a ajouté Guirou. (FIN/2013)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
ETATS-UNIS: Les coupures d’eau à Detroit violent les droits humains, selon des activistes
NICARAGUA: Les gens de Mayagna et leur forêt tropicale pourraient disparaître
CHILI: Le pays jure de dissiper l’ombre persistante de la dictature
BRESIL: Carton rouge à l’exploitation des enfants lors de la Coupe du monde
THAÏLANDE: Des organisations religieuses veulent s’impliquer dans la gestion des catastrophes
SWAZILAND: Le mariage, un obstacle au traitement antirétroviral pour les femmes
KENYA: Division des opinions sur la faisabilité de l’introduction de l’option B+
OUGANDA: Les ARV, une pilule amère à avaler pour les enfants
ALLEMAGNE: La nouvelle révolution énergétique continue d'avancer
OUGANDA: Les adolescents ont du mal à révéler leur statut sérologique
More >>