Inter Press Service News Agency
09:36 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   ČESKY
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   MAGYAR
   NEDERLANDS
   POLSKI
   PORTUGUÊS
   SRPSKI
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

ETATS-UNIS
Débat sur le salaire minimum, une bataille sur l’inégalité et la perte d’emploi
Ramy Srour

WASHINGTON, 13 déc (IPS) - Au milieu d'un mouvement national pour que les décideurs augmentent les salaires minimums pour les millions de travailleurs aux Etats-Unis, les experts à Washington continuent de débattre des avantages et des inconvénients de l'augmentation du taux fédéral.

La campagne pour une hausse des salaires minimums a pris de l'ampleur au cours des dernières semaines, en particulier avec des grèves des employés des restaurants qui gagnent des salaires bas le 5 décembre dans plus de 100 villes. Le président Barack Obama est également entré dans le débat, délivrant un discours qui fait date, condamnant l'inégalité des revenus et la "course vers le bas" où les entreprises tentent de "payer les salaires les plus bas" possibles.

Cet appel renouvelé d'Obama a coïncidé avec une lettre écrite par 53 membres du Congrès demandant à McDonald et d'autres employeurs du secteur du fast-food d’augmenter les salaires de leurs employés. "Mettre plus d'argent dans les mains des consommateurs... peut aider à renforcer notre économie", ont indiqué ces législateurs.

Mais alors qu’on croit largement que des salaires minimums plus élevés ont un effet positif sur les conditions sociales, en particulier en réduisant la pauvreté au niveau des secteurs les plus vulnérables de la société, les économistes soutiennent des points de vue variés par rapport à la question.

"Nous recherchons tous des moyens pour aider les personnes à faible revenu à aller de l'avant, et c'est un objectif très important", a déclaré à IPS, Jonathan Meer, un maître assistant à 'Texas A&M University' et un expert en politique publique économique. "Mais la vraie question est: quelle est la bonne façon de le faire?".

Jusque-là, a-t-il indiqué, la plupart des gens ont proposé des augmentations du salaire minimum parce que "c'est le recul le plus facile de dire 'payons juste plus aux gens'. "Mais les études montrent que l'augmentation des salaires minimums réduit effectivement la création d'emplois. En termes simples: les gens ne sont jamais embauchés".

C'est un phénomène que les économistes appellent "la perte d'emploi" – c’est-à-dire, lorsque les employeurs ne licencient pas les travailleurs mais cessent tout simplement d'embaucher d’autres tout en diminuant les heures de ceux qui sont déjà employés. Les opposants à l'augmentation du salaire minimum affirment que le fait de procéder ainsi entraîne un niveau inférieur général des personnes employées et un ralentissement d’augmentation des emplois.

Prendre de l’ampleur

Dans son discours, Obama a souligné que "l'inégalité...fait mal à nous tous", surtout lorsque "les familles de la classe moyenne ne peuvent plus se permettre d'acheter les biens et services que les entreprises vendent". Aux Etats- Unis, a-t-il poursuivi, "le succès n'a jamais porté sur la survie du plus fort [mais] sur là où nous sommes tous à l’aise".

Malgré une forte opposition de nombreux secteurs de la société américaine, y compris des entreprises et des décideurs, certains Etats ont déjà commencé à aller dans le sens de la vision du président.

Selon les dernières statistiques du ministère du Travail des Etats-Unis, 19 Etats en plus du district de Columbia ont un salaire minimum plus élevé que le seuil exigé au niveau fédéral de 7,25 dollars par heure. L'Etat de Washington est en tête avec 9,19 dollars par heure, tandis que plusieurs autres ont des propositions visant à augmenter certains de ces taux encore plus élevés.

D'autres ont récemment augmenté leur salaire minimum, notamment la Californie, le Connecticut, le New Jersey et New York. Mais les experts disent qu'il est trop tôt d’établir si ces mesures ont eu un impact positif considérable sur les travailleurs à faible revenu, et ceux qui adhèrent à l'idée que des salaires minimums plus élevés pourraient augmenter le chômage ont utilisé des preuves statistiques pour prouver leur point de vue.

Mais Meer a affirmé que ce point de vue peut-être trop simpliste et qu'il ignore les tendances plus grandes qui se cachent souvent derrière ces chiffres.

En essayant de comprendre la relation entre le salaire minimum et l'emploi, il a indiqué que les décideurs doivent examiner "le taux de création d'emplois et l’interruption des emplois". Lorsque les employeurs cessent d’augmenter leur main- d’œuvre, vous arrivez à l’arrêt de l'emploi, qui survient lorsque les employeurs cessent d'embaucher de nouveaux travailleurs en raison des coûts plus élevés liés à leurs salaires.

Il s'agit d'une tendance plus large qui "va au- delà de simples chiffres, de plus en plus de personnes vivant des subventions du gouvernement", a souligné Meer. Et cela est généralement très "difficile à voir dans les données classiques".

Pendant ce temps, d'autres économistes considèrent que le lien entre les salaires minimums et les niveaux d'emploi est faible, et les revendications de salaires plus élevés qui entraînent la perte d'emploi comme étant simplement "une tactique de la peur". L’enjeu vraiment, disent-ils, ce sont les sections les plus pauvres de la société.

"Le plus gros problème est que les travailleurs qui gagnent des salaires bas vont davantage en arrière, et il y a une nécessité de [les] amener au-dessus du seuil de pauvreté", a déclaré à IPS, Sylvia Allegretto, la co-présidente du Centre de la dynamique des salaires et de l'emploi à la Université de Californie, Berkeley, et une chercheuse associée à l'Institut des politiques économiques à Washington.

Alors, les salaires minimums deviennent plus que simplement un moyen pour augmenter ou diminuer le chômage mais portent plutôt sur l’inégalité elle- même.

L’inégalité par rapport à l’emploi

Aux Etats-Unis, des chiffres récents suggèrent que les plus riches, 10 pour cent de la population, gagnent un revenu annuel moyen de plus d’un million de dollars, tandis que les 90 pour cent restants apportent un peu plus de 30.000 dollars. Un dixième de la population contrôle les deux- tiers de la richesse économique du pays.

"L'augmentation des salaires minimaux ne va pas inverser l'inégalité", a prévenu Allegretto. "Mais elle aide vraiment [à] l'atténuer". (FIN/2013)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
RWANDA: La réconciliation après le génocide pour booster la croissance économique
INDE: L’absence d’assainissement fait que des filles abandonnent l’école
SANTE: Le cancer, une nouvelle pandémie en croissance maligne
ISLANDE: Les baleines trouvent une bonne société
PAKISTAN: A cause des talibans le peuple a de nouveau faim d’éducation
TANZANIE: Les coopératives agricoles ont du mal à donner de bons résultats
ETHIOPIE: Des appareils d’IRM pour faire du bien et réaliser un bénéfice
MONDE: Le rapport sur l’efficacité de l’aide plusieurs fois reporté
AFRIQUE: Les jeunes ne sont pas attirés par une agriculture peu excitante
PUERTO RICO: L’île est-elle sur la voie de la Grèce et de Detroit?
More >>