Inter Press Service News Agency
13:26 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

MONDE
Au delà des Objectifs du millénaire pour le développement
Yilmaz Akyuz

GENEVE, 25 mars (IPS) - L’Agenda de développement post-2015 des Nations Unies ne doit pas simplement étendre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), ou reformuler ces objectifs, mais doit plutôt se concentrer sur des réformes systémiques mondiales et garantir un environnement international obligeant pour le développement durable.

Les OMD sont basés sur une vue du développement centrée sur les donateurs avec un accent sur la pauvreté et l'aide. Ils n'embrassent pas une grande partie de la population du monde en développement, notamment dans les pays à revenu intermédiaire, qui se trouvent en dehors des seuils fixés dans les OMD, mais ont encore leurs aspirations pour le développement insatisfaites.

Il serait convenu que le développement est beaucoup plus que la somme totale des OMD ou une collection arbitraire quelconque d'un nombre limité d'objectifs spécifiques. Mais il n'est pas possible de parvenir à un accord international sur toutes les dimensions importantes du développement économique et social et de la protection de l'environnement.

Tout accord international sur de tels objectifs de développement spécifiques serait naturellement sélectif, laissant plusieurs dimensions auxquelles bon nombre de pays peuvent accorder une importance particulière.

Ainsi, au lieu de se concentrer sur des objectifs spécifiques sélectifs dans les domaines du développement économique et social et la protection de l'environnement, nous devrions chercher à créer un environnement international favorable pour permettre à chaque pays et à tous les pays de poursuivre des objectifs de développement en fonction de leurs propres priorités avec des politiques de leur propre choix.

Une croissance économique soutenue est absolument nécessaire pour un progrès sur le front social. Aucun pays n'a jamais atteint des améliorations constantes du niveau de vie et des indicateurs de développement humain sans le maintien d'un rythme rapide de la croissance économique.

Sans cela, les progrès dans le développement humain et social dépendraient naturellement des mécanismes de transfert externes et internes - c'est-à-aide, l’aide et la redistribution des dépenses publiques, respectivement. Puisqu’il existe des limites pour de tels transferts, le progrès social ne peut pas aller très loin sans un rythme adéquat de création de revenus et d'emplois.

L'industrialisation est essentielle pour réduire les écarts de revenu, de productivité, de technologie et de compétences avec des économies plus avancées puisqu’il y a des limites à la croissance et au développement dans les économies dépendantes des produits de base et des services.

Nous savons aussi qu'il n'existe pas un dégoulinement automatique de la croissance économique vers le développement humain et social. Des politiques et institutions sont nécessaires pour traduire la croissance économique en développement social.

La création d'emplois est la clé de l'amélioration du niveau de vie et du développement humain. Mais la croissance économique n'est pas obligatoirement associée à la création d'emplois à un rythme nécessaire pour absorber entièrement la main- d’œuvre croissante. Ainsi, il faut des politiques actives pour fournir des possibilités d'emploi sûres et productives.

L'équité est un élément important de la cohésion sociale et du développement. La prévention de l'inégalité élargie dans la répartition des revenus demande une intervention dans les forces du marché, des politiques ciblées et des rectificatifs.

L'industrialisation et le développement ne peuvent être laissés aux forces du marché seules et encore moins aux marchés mondiaux. Un développement réussi n’est associé ni à l'autarcie ni à l’intégration totale dans les marchés mondiaux dominés par les économies avancées, mais à une intégration stratégique dans les échanges, l'investissement et la finance destinés à utiliser les marchés étrangers, la technologie et la finance dans la poursuite du développement industriel national.

Pour réussir, les pays en développement ont besoin d'avoir un espace politique suffisant. Toutefois, leur espace politique est beaucoup plus étroit que celui dont jouissent les économies avancées d'aujourd'hui dans le cadre de leur industrialisation en raison de la tendance de celles qui atteignent le sommet pour "éjecter l'échelle" et priver les suivantes ce genre de politiques qu'ils avaient recherchée dans le cadre de leur développement.

Il est nécessaire de réformer les accords multilatéraux et bilatéraux pour permettre aux pays en développement autant d'espace politique économique que ceux dont jouissent les économies avancées d'aujourd'hui dans le cadre de leur industrialisation et de leur développement.

Les pays en développement jouissent également beaucoup moins d'espace environnemental que celui dont jouissent les économies avancées d'aujourd'hui dans le cadre de leur industrialisation, et sont donc confrontés à des contraintes plus importantes dans la réalisation de la croissance et du développement sans compromettre le bien-être des générations futures.

Ainsi, il faut également une action au niveau international afin d'alléger les contraintes environnementales sur la croissance économique et le développement dans les pays en développement et de compenser les coûts qui leur sont infligés par la détérioration de l'environnement résultant de plusieurs années d'industrialisation dans les économies avancées.

Enfin, il faut un environnement économique mondial favorable au développement. Nous avons besoin de mécanismes pour prévenir les retombées défavorables et les chocs aux pays en développement à partir des politiques dans les économies avancées ou des impulsions de déstabilisation provenant des marchés financiers internationaux.

Un espace politique adéquat et un environnement économique mondial favorable au développement appellent à une action au niveau international sur plusieurs fronts:

* Examen des règles et accords multilatéraux en vue d'améliorer l’espace politique des pays en développement dans la poursuite de la croissance économique et du développement social.

* Une attention au régime international de la propriété intellectuelle en vue de faciliter le rattrapage technologique et l'amélioration des normes de santé et d'éducation et la sécurité alimentaire dans les pays en développement.

* Les politiques industrielles, macroéconomiques et financières des pays en développement sont fortement limitées par les traités d'investissement bilatéraux et des accords de libre-échange signés avec les économies avancées. Ces accords sont conçus sur la base d'un point de vue de l'entreprise plutôt que dans une perspective de développement et ils donnent un effet de levier considérable aux investisseurs et entreprises étrangers dans les pays en développement. Ils doivent être revus ou démantelés.

* Suppression des conditions défavorables aux pays en développement dépendants des produits de base dans les contrats avec les sociétés transnationales pour leur permettre d'ajouter plus de valeur aux produits de base et d'obtenir plus de recettes à partir des activités liées aux produits de base.

* Introduire des mécanismes multilatéraux pour amener des politiques de discipline dans les économies avancées pour éviter des conséquences néfastes et obtenir des retombées pour les pays en développement, y compris des subventions agricoles, des restrictions sur les mouvements de la main-d'œuvre et le transfert de technologie ainsi que des politiques monétaires et de taux de change protectionnistes.

* Mettre en place des mécanismes pour amener une stabilité plus grande des taux de change des devises en réserve et éviter les dévaluations concurrentielles et les guerres de devises.

* Réduire les déséquilibres commerciaux mondiaux grâce à une croissance plus rapide de la demande, des recettes et importations intérieures dans les pays ayant une croissance lente et de grands excédents de comptes courants afin de permettre un espace plus grand pour des politiques expansionnistes dans les pays en développement en déficit.

* Une inversion de la tendance universelle de l'inégalité croissante des revenus devrait être un objectif mondial. Cela demande une inversion du déclin séculaire de la part de la main-d’œuvre dans les recettes de la plupart des pays.

* Réglementer systémiquement les institutions financières et les marchés importants, notamment les banques internationales et les agences de notation ainsi que les marchés de dérivés des produits de base en vue de réduire l'instabilité financière internationale et l'instabilité des prix des produits de base.

* Mettre en place des procédures d'entraînement impartiales et méthodiques pour la dette souveraine internationale afin d’éviter l'effondrement dans les pays en développement confrontés à la balance des paiements et à des crises de la dette.

* Garantir une répartition juste et équitable de l'espace de carbone utilisable entre les économies avancées et les pays en développement, tenant compte des contributions cumulées des économies avancées à la pollution atmosphérique.

* Introduire des taxes internationales dans des domaines tels que les transactions financières ou l'énergie pour générer des fonds pour l'aide au développement ainsi que pour financer les coûts d’atténuation et d'adaptation au changement climatique dans les pays en développement.

* Réformer la gouvernance économique internationale de façons proportionnées à la participation et au rôle accrus des pays en développement dans l'économie mondiale. Réexaminer le rôle, la responsabilité et la gouvernance des institutions spécialisées telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l'Organisation mondiale du commerce, et le rôle que l'ONU peut jouer dans la gouvernance économique mondiale. (FIN/2014)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
BARBUDA: Pour certains, l’initiative 'Blue Halo' compromettra l’avenir des pêcheurs
JAPON: La politique 'Womenomics' peut-elle arrêter la féminisation de la pauvreté?
ENVIRONNEMENT: Des ONG opposées à l’agriculture intelligente face au climat
OPINION: Investir dans les adolescentes pour le développement de l’Afrique
ASIE: Le financement pour l’environnement oublie les communautés indigènes
AFGHANISTAN: Pour certains demandeurs d’asile, le voyage s’arrête là où il a débuté
SALVADOR: Le CIRDI examine les derniers arguments dans le conflit minier
ENVIRONNEMENT: Le Sommet de l’ONU sur le climat: un défilé ou une réalité?
MONDE: La déforestation illégale peut nuire à la majorité des produits de consommation
EUROPE: L’opération 'Frontex Plus' diversement appréciée par des organisations
More >>